Poly-tics : "Restons vigilants, y compris sur les réformes éventuelles"

Publié le par benedicte


Logo_Poltytics.jpgA lire sur Poly-tics du vendredi 21 mars 2008, un article faisant une bonne synthèse de tout ce que nous devons garder à l'esprit concernent la politique du gouvernement à venir ... ou du moins l'essentiel ... maintenant que les élections sont passées, ça va reprendre ...

Restons vigilants, y compris sur les réformes éventuelles


Les caisses sont vides. Les économies sont pour le peuple pas pour le palais. Sarkozy avait promis un gouvernement resserré lors des présidentielles et voilà qu'il en augmente les effectifs par des nominations supplémentaires de secrétaires d'Etat. On peut s'étonner de la présence de Morano avec sa gouaille et du maintien de Santini qui est mis en examen (Ali Baba à l'Elysée ?). La règle voulait qu'un ministre battu aux législatives, démissionne, Juppé appréciera la présence notamment de Morano qui a été battue aux municipales. Nadine Morano, le 23 février 2008, dans l'émission "le téléphone sonne" sur France Inter déclare qu'il "faut légiférer pour faire mieux contrôler les blogs politiques" c'est pourquoi Nicolas Princen est nommé avec pour mission de "veiller à tout ce qui est dit sur Nicolas Sarkozy sur Internet". On a trouvé de l'argent pour payer cette personne. Ceci étant la traque avait commencé pour de nombreux bloggeurs, sous différents aspects et ne venant pas toujours directement des politiques (exemples demandez lui, ou à eux, encore à lui). Par ailleurs, le fait que certaines vidéos, qui ne sont pas à l'honneur de sarkozy, disparaissent comme ici n'est pas fortuit.

Les économies d'échelle promises dans le grand projet de regroupement de tous les services départementaux de l'Etat sous la coupe des préfets, annoncé lors du Conseil de modernisation des politiques publiques du 12 décembre, semblent reportées sine die. Par contre, Copé remet à l'honneur les propositions de la commission Attali. N'est-ce pas pour appliquer notamment celle consistant à supprimer les départements car la gauche dirige désormais 58 départements, contre 44 à la droite ? Ce sera difficile car les caciques de droite risquent néanmoins de s'y opposer. Pourtant, il est nécessaire de réduire ce mille feuilles institutionnelles (Europe, Etat, région, département, communauté de communes, d'agglomération ou urbaines, et communes). Cette superposition favorise la corruption, prise illégale d'intérêts, recel d'abus de biens sociaux (Voir Rue89 du 2007/10/09 Roger Lenglet) et également accumulation d'impôts locaux.  ( ... )

Publié dans Politique France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article