Liberté de la presse : jugé pour avoir vendu l'Humanité-Dimanche dans la rue !

Publié le par benedicte


Ce n'est pas une blague. Lounis Ibadioune, a été verbalisé dans le quartier populaire de la Goutte d'Or dans le 18ème à Paris pour « vente de marchandises dans un lieu public sans autorisation » (sans blague) en 2007, un peu avant les présidentielles et va passer au tribunal mercredi 18 février prochain.


Pour les informations et la pétition de soutien, voir les articles de l'Humanité ci-dessous :


Je mets 3 réactions (que j'ai choisies bien sûr) parce que ce qui peut sembler n'être qu'un fait divers, est malheureusement révélateur de ce qui est en oeuvre dans notre pays.


Étrange pays
Serge Halimi, directeur du Monde diplomatique

( En raison de son livre "Les nouveaux chiens de guerre" sur le journalisme que j'ai lu il y a quelques années voir ci-dessous et que je ne doute pas de la sincérité de sa réaction)

Étrange pays que celui qui pourchasse les diffuseurs bénévoles de journaux d’information politique et qui, simultanément, encourage les colporteurs de presse « gratuite » préachetée par les publicitaires. Le chef de l’État nomme et révoque le patron de l’audiovisuel public, il choisit les journalistes qui l’interrogent, il dispense ses faveurs financières aux chaînes privées qui le servent. Et cela ne suffit pas ? S’accommoder aujourd’hui des poursuites engagées contre Lounis Ibadioune reviendrait à tolérer que dans un pays où les industriels peuvent acheter la presse, des militants n’aient plus le droit de la vendre.


Louis Cardin, militant PCF et syndicaliste (Villeurbanne)

(parce que ça réveille chez des anciens de mauvais souvenirs)

Je me souviens il y a 50 ans, en 1958 je diffusais dans le quartier de St Germain des Prés tous les dimanches et j'étais sous la protection des habitants et des commerçants du quartier face aux fascistes qui nous agressaient régulièrement en sortant de l'église ( Action française ) et préparaient le coup d'Etat de De Gaulle Nous avons toujours tenu bon. Mon père aussi après la guerre était CDH avec Marcel Cachin Courage Lounis nous sommes des milliers de diffuseurs et de militants à soutenir ta détermination Louis


On saccage l’esprit de ce peuple
Michel Fugain, artiste

(là c'est personnel, mais parce qu'on sent que ça a été écrit sous le coup de la colère, et de sentir une colère similaire à la mienne exprimée par d'autres me fait du bien et apaise la mienne)

Si l’histoire de Lounis n’était pas bête à pleurer, on pourrait en rire. Sauf qu’Il n’y a pas de quoi se marrer devant la société qu’on est en train de nous concocter. De la médiocrité rampante qui s’installe ne sortira que le pire : la régression. Économique, politique, spirituelle, et fatalement, celle des idées. Est-ce une mesure anti- « HD » ou une manifestation de plus du racisme primaire ambiant ? Si ce n’est que la vente sur le trottoir, alors quelques milliers de vieux militants qui se sont battus toute leur existence pour leur dignité et une vie meilleure doivent se dresser dans leurs tombes, le point levé. La démocratie n’a jamais existé en France et il faudra encore bien des combats pour approcher une solution qui pourrait y ressembler. Aujourd’hui, elle va jusqu’à verbaliser le vendeur d’un journal susceptible de combattre son manque d’idée et sa politique besogneuse. Minable ! Au fait, j’ai moi aussi vendu « l’Humanité Dimanche » quand j’étais petit. Je veux être jugé ! Jugez-moi ! Quant au président, « qu’il dise à ses gendarmes que je serai sans armes et qu’ils pourront tirer »… Ben, pourquoi pas ? Faut s’attendre à tout par les temps qui courent.






Les nouveaux chiens de garde 

Serge Halimi, directeur du Monde Diplomatique, mais aussi un des collaborateurs du Plan B 

Editeur LIBER - RAISONS  D'AGIR

1ère édition  nov 1997, 110 p.

actualisée et augmentée en nov 2005, 160 p.


Note de l'éditeur (dos de couverture) :

Les médias français se proclament " contre-pouvoir". Mais la presse écrite et audiovisuelle est dominée par un journalisme de révérence, par des groupes industriels et financiers, par une pensée de marché, par des réseaux de connivence. Alors, dans un périmètre idéologique minuscule, se multiplient les informations oubliées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices, les services réciproques. Un petit groupe de journalistes omniprésents - et dont le pouvoir est conforté par la loi du silence - impose sa définition de l'information-marchandise à une profession de plus en plus fragilisée par la crainte du chômage. Ces appariteurs de l'ordre sont les nouveaux chiens de garde de notre système économique.


Sur Wikipedia Serge_Halimi et Les Nouveaux Chiens de garde :

(...) met à plat les liens entre journalistes et hommes politiques. Il démontre comment un petit groupe « d’intervenants permanents » prescrit l’opinion. Journalisme de révérence, journalisme de connivence, journalisme de marché, telles sont les formes de journalisme décrites dans ce livre.

Evoquant la censure, Serge Halimi souligne :

« La censure est cependant plus efficace quand elle n’a pas besoin de se dire, quand les intérêts du patron miraculeusement coïncident avec ceux de « l’information ». »

Son livre commence par un exergue extrait de l'ouvrage de Nizan : « Nous n'accepterons pas éternellement que le respect accordé au masque des philosophes ne soit finalement profitable qu'au pouvoir des banquiers. » Il se clôt par :

« Parlant des journalistes de son pays, un syndicaliste américain a observé: "Il y a vingt ans, ils déjeunaient avec nous dans des cafés. Aujourd'hui, ils dînent avec des industriels." En ne rencontrant que des "décideurs", en se dévoyant dans une société de cour et d'argent, en se transformant en machine à propagande de la pensée de marché, le journalisme s'est enfermé dans une classe et dans une caste. Il a perdu des lecteurs et son crédit. Il a précipité l'appauvrissement du débat public. Cette situation est le propre d'un système: les codes de déontologie n'y changeront pas grand-chose. Mais, face à ce que Paul Nizan appelait "les concepts dociles que rangent les caissiers soigneux de la pensée bourgeoise", la lucidité est une forme de résistance. »



Notes persos :

Serge Halimi avait analysé les dérives en-cours du journalisme et alerté dès 1997 sur les problèmes qui sont incontournables aujourd'hui, concernant la confiscation des médias par le pouvoir et l'argent. Personnellement j'ai adoré et je conseille. J'ai lu la première édition, une cinquantaine de pages ont été ajoutée dans celle de 2005,  dont une partie concernant le traitement médiatique du référendum du TCE.

Parmi les détracteurs de l'ouvrage, il faut noter qu'en février 1998, Edwy Plenel, alors directeur de la rédaction du Monde, a écrit un article fustigeant le livre et son auteur, Le faux procès du journalisme dans Le Monde Diplomatique, dont Serge Halimi était journaliste depuis 1992.

Vous en tirerez les conclusions que vous voulez concernant Médiapart dont il est le fondateur et de son slogan de pub "l'émergence dans notre démocratie d'un authentique média libre, alors que tous les grands médias sont aux mains d'industriels proches du pouvoir"  ... en ce qui me concerne c'est déjà fait !

 

(source image Plan B)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

rachid 25/03/2009 13:32

Bonjour à toi,
C'est peut-être hors sujet mais...Peux tu diffuser cette info.Tu peux trouver d'amples informations sur notre bog
Communiqué:
ISRAEL'S jeunes objecteurs de conscience. Le Shministim israéliennes sont des élèves du secondaire qui ont été emprisonnés pour avoir refusé de servir dans une armée qui occupe les territoires palestiniens. 18 décembre marque la date de lancement d'une campagne mondiale visant à les libérer de prison. Rejoignez plus de 20.000 personnes, y compris des objecteurs de conscience américains, Ronnie Gilbert, Adrienne Rich, Robert Meeropol, Adam Hochschild, Rabbi Lynn Gottlieb, Howard Zinn, Real Mazali, Debra Chasnoff, Ed Asner et Aurora Levins-Morales et montrer votre soutien en communiquant avec le ministre israélien de la défense en utilisant le formulaire ci-dessous. 40000 LETTRES ET COMPTAGE !
Merci d'avance

benedicte 05/04/2009 22:19


Je réponds avec un peu de retard Rachid, merci pour l'information et pas grave que tu l'aies mise sur un article où elle était hors-sujet, l'essentiel était que je puisse l'avoir.
Je l'ai relayé avec plaisir, c'est le genre d'info trop rare et qu'on voudrait avoir plus souvent
J'espère que d'autres blogs l'ont fait parce que le mien n'a pas beaucoup de lecteurs.
Amitiés et bonne continuation à L'avenir c'est maintenant !


Charlotte 17/02/2009 13:07

Plenel comme l'un des fondateurs de rue 89, dont le nom m'échappe, comme Birembaum du "post" participent régulièrement à des débats de journalistes que ce soit sur Itélé ou BFM, la connivence avec les journalistes "officiels" est évident.

benedicte 20/02/2009 22:20


Oui ... de toute façon Mediapart lancé avec un capital de près de 3millions d'Euros et par le directeur du Monde qui a toujours roulé et profité du système, le média indépendant tu le sens pas
vraiment