A propos de la récente grève contre le dumping social en Angleterre

Publié le par benedicte

La récente grève sauvage contre le dumping social en Angleterre


Une grève sauvage d'ouvriers contre le dumping social, commencée à la raffinerie Total de Lindsey, dans le Lincolnshire, a généré un mouvement de protestation et de grève qui s'est étendu un peu partout dans le pays à de nombreuses usines des secteurs pétrolier, énergétique et nucléaire, où les ouvriers se disent solidaires de leurs confrères de Lindsey. Cette grève a durée plus d'une semaine, les ouvriers anglais ont arrêté hier, sur l'obtention d'un accord qui prévoit l'embauche d'une centaine d'ouvriers anglais sur le site, en sus apparemment des 400 italiens et portugais  que la société italienne à laquelle Total a donné le chantier, prévoir de recruter et importer.


Tollé, tout le monde (médias officiels et politiciens européens) crie à la xénophobie ou au racisme. On va poser la réalité du problème, indépendamment des motivations que la caste dirigeante prête aux grévistes. Je regrette que mon anglais soit mauvais, ce qui me rend incapable d'aller parcourir le net en anglais. Et je n'ai aucune raison de considérer que la propagande officielle néo-libérale uniforme lue en français, est vraie sur ce sujet alors qu'elle mensongère sur tous les autres ! Les articles mis en annexe sont éloquents, à la fois par  le fait qu'ils ne sont que des compilations de dépêches de l'AFP et déclarations outrées des politiciens européens, que le vocabulaire uniforme utilisé et orienté en vue d'imposer une image exclusivement raciste et xénophobe de cette grève, sans aucune interrogation, analyse du contexte socio-économique, information prise sur place, bref le néant de l'information habituel des médias. Comme mon anglais est mauvais, impossible de parcourir le net anglais et entre autre le site TheBearFacts.co.uk créé avec un forum au cours de cette grève par des ouvriers de la construction.


Song written by Harry Ragg in support of the industrial strikes taking place around the UK.


Le dumping social est organisé sciemment par le néo-libéralisme, il en fait partie intégrante et n'est pas une dérive corrigeable du système. Avec la bénédiction (et complicité active) de l'Europe, il n'y aura plus aucun recours légal dans aucun pays européen lorsque le Traité de Lisbonne sera ratifié. Il permettra entre autre, la traite des êtres humains sous la dénomination de « libre-circulation des travailleurs ou de la main d'oeuvre » par les négriers du système, et qui n'est que la « libre circulation des marchandises » appliquée à l'être humain, et non la libre-circulation des personnes !

Soyons bien clair, avoir la liberté de circuler, suppose d'abord la liberté de pouvoir rester chez soi. Si vous êtes contraint de le faire à cause de la pauvreté, voire  de la misère, c'est que vous avez été privé dans votre pays de votre droit à avoir les moyens de  vivre chez vous, de votre première liberté celle de pouvoir choisir de vivre chez vous. Faites un sondage, la grande majorité des gens n'ont pas envie d'aller vivre ailleurs que chez eux ... et s'il était possible à tout le monde de vivre chez soi, il n'y aurait pas de problème d'immigration, parce que  les personnes choisissant de vivre ailleurs formeraient des flux migratoires qui grosso-modo s'équilibreraient et ne poseraient donc aucun problème. Qu'on ait pas l'indécence de nous parler d'atteinte à la libre-circulation, pour cette traite d'êtres humains, sur fond de pauvreté, de chomâge et de récession annoncée !


Le dumping social est déjà bien en-cours dans certains pays d'Europe, le Royaume-uni a largement favorisé l'embauche d'étrangers, et pas seulement en provenance de l'Europe de l'Est, et la misère y est un commerce très lucratif (1).  Ces personnes qui viennent  temporairement ou non, pour des raisons économiques, travaillent pour de bas salaires, un nombre d'heures non réglementées, mettant soit les anglais au chômage, soit les obligeant à accepter de travailler dans les mêmes conditions. Cela s'accompagne d'un contrôle totalitaire des chômeurs, traités pires que des criminels en liberté surveillée, les contraignant à prendre n'importe quoi. L'immigration illégale est très largement utilisée également en ce sens dans tous les pays, y compris le nôtre, faisant les profits de petits et grands vautours de la misère. Ceux qui connaissent les pratiques et le non-respect du droit du travail dans les secteurs entre autre de la restauration et du nettoyage, n'ont certainement pas été étonnés du nombre de sans-papiers dans ce secteur ! J'en ai marre d'entendre le patronat de la restauration pleurer que les gens ne veulent pas travailler. Ceux qui sont honnêtes trouvent généralement sans trop de problème des salariés ... et les gardent. Par contre les négriers sont nombreux dans ce secteur, et effectivement les français rechigne encore à travailler 60h payée 39h ! D'où la montée en charge dans notre pays, à la fois des pressions accrues sur les chômeurs, du démantèlement de l'inspection du travail, sans compter la casse du droit du travail depuis 15 ans !


Mais ce qui est bon pour les petits négriers, ne suffit pas aux gros qui ont besoin de pouvoir faire du traitement de masse et sans que les lois puissent leur être opposées. Et c'est pour eux que l'Europe met en place cette « libre-circulation de la marchandise humaine ». Actuellement, tout citoyen européen, peut aller dans un autre pays européen et y travailler, s'il trouve un emploi. Donc il ne s'agit donc pas de la liberté de circuler et travailler dans un autre pays d'Europe,puisqu'elle existe déjà depuis des années. Ce dont il s'agit c'est de pouvoir déporter un nombre important de travailleurs pauvres, le temps d'un chantier, de pays où les salaires sont bas, voire insuffisants, pour les faire travailler, dans un pays où les salaires sont plus élevés, pour en tirer un meilleur profit qu'en les exploitant dans leur pays d'origine, tout en cassant par ce moyen les prix sur les appels d'offre pour obtenir les chantiers au détriment des entreprises locales qui emploient des salariés du pays au conditions en vigueur dans le pays. Et il y en a encore qui parle de concurrence libre et non faussée ?

Les donneurs d'ordre sont tout aussi négriers que les entreprises auquel ils donnent les contrats. En l'occurrence concernant cette grève, il s'agit de Total (2). Cette politique du moins cher en vue de gain maximum, a pour conséquences générales depuis des années, de faire baisser la qualité des prestations et travaux, des matériaux utilisés, faire pression sur les salaires à la baisse, imposer des conditions de travail de plus en plus difficiles et inacceptables aux salariés et favoriser la corruption (lorsqu'il s'agit de marchés public). La possibilité de déplacer en nombre de la main d'oeuvre, avec un écart de salaire et protection sociale important, avec ceux en vigueur dans le pays, non seulement accélère ce processus, engendrant une paupérisation accrue des peuples européens, mais va faire couler les entreprises saines du pays, aboutissant à une destruction également du tissus économique ... et c'est un cercle vicieux, qui crée une spirale infernale de chute du pays entier sur le plan social et économique.


L'objectif non affiché, étant de transformer l'Europe en un gigantesque réservoir d'esclaves à dispositions des grandes firmes, les politiciens légiférant en fonction des intérêts de ceux qui les dirigent (il n'y a qu'à voir l'unanimité de la caste politicienne européenne pour ce traité de Lisbonne qui vend les citoyens à la caste financière) pour augmenter les comptes en banque d'une minorité.

Le fait que j'ai dit quelque part récemment, que le NOM (Nouvel Ordre Mondial), pour tout un tas de raisons, ne pourrait se mettre en place, ne signifie aucunement que ce n'est pas ce que certains travaillent à mettre en place, je dirais même qu'il devrait sembler évident au plus grand nombre que c'est vers là que nos sociétés sont poussées.


Donc ci-dessous, des articles concernant le traitement dans nos médias de cette grève anglaise. Je ne prétendrais pas que parmi les milliers de grévistes il n'y ait pas eu des personnes xénophobes, mais le mot d'ordre n'était pas la xénophobie et le rejet des étrangers. Un lecteur du Monde précise dans un commentaire que « Les grévistes ont même renvoyés les militants du parti nationaliste (extrême-droite) venus les soutenir. ».

Vous noterez que c'est la législation européenne qui permet ce dumping social et cette traite des salariés, et que de ce fait, le recours la loi n'est pas utilisable pour s'y opposer (3).

Le recours à de la main d'oeuvre étrangère est stipulé dans le contrat, nul doute que cette entreprise n'aurait pu l'obtenir en employant des ouvriers anglais, car il s'agit de 400 ouvriers italiens et portugais qui sont logés dans des péniches à étages amarrées sur le chantier, ce ne sont pas des salariés de l'entreprise mais des intérimaires recrutés pour le chantier (4).

Il n'y a pas meilleur moyen de faire monter la xénophobie que de généraliser ces pratiques de mise en concurrence de la misère des populations, De la part de personnes cherchant à diviser pour régner, ce n'est pas involontaire et permet de plus ensuite, de fustiger la contestation de ces politiques, au nom du racisme, de la xénophobie, du repli nationaliste, etc... pour que ne soient pas entendues les explications de ceux, qui alertent sur les conséquences et dangers pour les citoyens et nos sociétés de continuer dans cette voix.

Le slogan "UK jobs for British Workers" (des emplois britanniques pour des travailleurs britanniques) brandi par les ouvriers, ne peut-être considéré en soi comme un slogan xénophobe de la part des ouvriers en grève, parce qu'il est le rappel à Gordon Brown, d'un slogan qu'il a utilisé à de nombreuses reprises en campagne (5). Qui orchestre la xénophobie ?

Les arguments brandis par les politiciens ici, sont les mêmes que ceux brandis contre ceux qui appelaient à voter NON au TCE. L'histoire du plombier polonais (6) a été inventée par les oui-ouistes pour discréditer et désinformer, sur ce qu'une partie des nonistes expliquaient, preuve à l'appui (le texte du TCE) et qu'ils ne pouvaient démontrer que c'était faux, puisque c'était réellement écrit dans ce traité !


Pour l'Europe, comme pour la France, il nous faut apprendre la solidarité, et lutter ensemble contre cette mise en esclavage programmée dans nos pays, s'opposer aux dirigeants politiques et financiers qui le mette en oeuvre ce dumping social, et non aux citoyens des autres pays qui en sont victimes. Ils (les négriers du néo-libéralisme) n'ont même plus besoin pour se fournir en main d'oeuvre corvéable, de faire venir des travailleurs de pays en voie développement (comme on dit), même pas des pays d'Europe de l'Est, mais ils peuvent déjà puiser sans vergogne en Italie et au Portugal, tellement ils ont bien travaillé à faire monter la misère partout en Europe !

Est-ce vous vous rendez compte de ce que ça signifie ?

Il n'est jamais trop tard pour reprendre sa dignité et sa vie en main ! Ce sera plus difficile que ça ne l'aurait été il y a 20 ans ... et le réveil va être dur pour ceux qui se croient encore en démocratie. Mais plus nous attendons, plus les dégâts seront importants et plus ce sera difficile de les réparer ... alors ne tardons pas trop.





J'ai fait beaucoup de renvois à des notes, pour essayer de rester sur le propos de fond concernant le dumping social, sans y mêler réflexions annexes et extraits d'articles.

Les articles utilisés sont référencés avec le lien après les notes.


Notes :


  • (1) Je donne l'exemple des sud-américains dans la restauration, parce que j'ai des témoignages directs. Dans la restauration il y a énormément d'employés étrangers, venant pour une durée limitée, logés/nourris par l'employeur dans des conditions plus ou moins décentes, où se côtoient français (peu dans ces conditions) mais beaucoup de personnes en provenance d'Europe de l'est mais également d'Amérique latine. Ces américains du sud, viennent à travers des officines qui leur vendent sous couvert de stage linguistique (pour obtenir le visa, en réalité il dure 1 mois) du travail dans la restauration. Ces contrats sont vendus 6000$ par ces officines (le salaire minimum en Equateur est de 150$, et le salaire moyen 350$). Donc ces travailleurs doivent emprunter cette somme plus celle du voyage. Si un français ou un tchèque, peut chercher un autre employeur ou rentrer chez lui s'il estime être par trop exploité, les sud-américains sur place sont « captifs » parce qu'ils doivent la rembourser les sommes empruntées au retour, qu'ils dépendent de l'officine pour leur placement, et que même après remboursement cela représente une somme importante dans leur pays. La misère comme je dis, ça rapporte. Cette traite est « légale » avec des passeurs, qui sont des sociétés ayant pignon sur rue, mais qui en réalité font le même travail que les passeurs des clandestins, bien que ne comportant pas la prise de risque qu'il y a à utiliser ces derniers. 

     

  • (2) TOTAL : ses poubelles flottantes (Erika) responsables de marée noire, environnement : la responsabilité total, son usine AZF qui explose à Toulouse en 2001, dont le procès-fleuve va seulement démarrer ce mois-ci résumé sur Wikipédia, son pillage des ressources africaines Petit tour en Afrique TOTAL-itaire , son travail forcé en Birmanie Travail forcé : Bernard Kouchner défend Total en Birmanie , sa raffinerie de Donge (Loire-atlantique) 3 mini-marées noires dans la Loire en 2 ans Marée noire: Total paye, mais ne s'explique pas et comme il n'y a pas de petits profits Le groupe pétrolier refuserait de déclarer à l'Urssaf 400 de ses salariés, liés à sa filiale suisse mais travaillant en France. Bref une multinationale ordinaire dans ses oeuvres au quotidien !

     

  • (3) « une directive européenne de 1996 sur le détachement des travailleurs, a été transposée en droit britannique en 1999, qui autorise les entreprises étrangères à faire venir leurs employés, si tant est qu'elles respectent le droit du travail local (salaire minimum...) et qu'il s'agisse d'une mission temporaire. Rien ne les oblige, comme le réclament les syndicats, à leur offrir les mêmes conditions de travail qu'aux Britanniques. » (Le Post) ... et « ... d'un point de vue légal, en raison de la législation sociale européenne à laquelle adhère le Royaume-Uni, il est cependant quasi-impossible d'empêcher IREM d'employer ses propres intérimaires italiens et portugais et de l'obliger à embaucher des Britanniques, sauf accord à l'amiable.Le ministre italien des Infrastructures, Altero Matteoli, a d'ailleurs appelé "le Royaume-Uni à prendre conscience qu'il fait partie de l'Europe où existe la libre circulation des travailleurs". En outre, malgré la protestation des syndicats locaux, la Cour européenne a validé en 2007 l'emploi de travailleurs lettons par une entreprise lettone, au salaire letton, en Suède. Sa décision devrait désormais faire jurisprudence. » (LCI.fr)

     

  • (4) « A l'issue d'un appel d'offres mettant en compétition cinq entreprises britanniques et deux étrangères, un projet d'extension de l'usine a en effet été confié à la compagnie italienne IREM. Parmi les termes du contrat, IREM a obtenu de pouvoir employer ses propres intérimaires -italiens pour la plupart mais aussi portugais- à des salaires inférieurs à ceux de leurs collègues britanniques et avec de moindres garanties sociales. Cent ouvriers italiens et portugais logent ainsi sur des péniches à plusieurs étages amarrées près du site. Ils seront rejoints par 300 autres dans les semaines à venir. » (LCI.fr). Au détour d'un article on apprend que c'est la société portugaise, Semi-sul qui est chargée du recrutement au Portugal, je n'ai pas cherché pour l'Italie, la misère est un commerce très lucratif.

     

  • (5) « Partout dans le pays, les grévistes ont rappelé à Gordon Brown sa promesse alors que des élections sont prévues d'ici à la mi-2010 : "UK jobs for British Workers" (des emplois britanniques pour des travailleurs britanniques). Le slogan, que revendique le British National Party (BNP) d'extrême droite, a souvent été utilisé par le premier ministre. Ce fut notamment le cas le 24 septembre 2007, à l'occasion du congrès du Parti travailliste, trois mois après qu'il eut remplacé Tony Blair à Downing Street. » (Le Post)

     

  • (6) Voir là J-10 : Mon ami Piotr ou là Le Plombier Polonais Arrive enfin en France ! Et celui-là Frits Bolkestein qui « a tenté de convaincre que le principe très controversé du "pays d'origine", selon lequel un prestataire de services ne doit être soumis qu'à la loi du pays dans lequel il est établi, ne constitue pas un risque de "dumping social". » ... comme nous pouvons constater en Angleterre !

     



  • Le site internet avec forum qui s'est construit dans le cadre de cette grève sur le tas, par et pour les salariés de la construction :

The Bearfacts.co.uk

Construction Worker UK




Publié dans Politique Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article