Nouvelles formes de lutte : l'école publique en résistance

Publié le par benedicte

Nouvelles formes de lutte : l'école publique en résistance


Le point sur les résistances dans l'enseignement primaire


Résistance pédagogique

J'avais signalé l'initiative d'Alain Refalo, professeur des écoles dans la région toulousaine Education : Résistance pédagogique pour le devenir de l'école

En 3 mois près de 2000 professeurs des écoles ont rejoint cette démarche individuelle de "résistance pédagogique" initiée début novembre 2008., soutenus par des collectifs locaux de parents, des témoignages de sympathie, de félicitations et d'encouragements sur le net..

Le gouvernement cherche à casser ce mouvement en prenant des sanctions financières disproportionnées à l'encontre de certains enseignants qui sont entrés en résistance pédagogique, voir la synthèse des sanctions en-cours et des soutiens reçus sur la page de Soutien aux enseignants désobéisseurs .

Pétition de soutien à l'ensemble de ces enseignants : Pas en notre nom ! Lettre de parents et d'enseignants non désobéisseurs (mais pas dupes) à Monsieur Darcos et aux inspecteurs de l'Education nationale.

Chez nous dans l'Hérault 385 résistants pédagogiques déclarés dont Bastien Casals directeur de l'école maternelle de St Jean de Vedas et fait l'objet de sanctions, levées puis remises, un feuilleton à suivre là : L'affaire Bastien Cazals et également là : Bastien Cazals signe la lettre ouverte de désobéissance à Xavier Darcos


Contre le fichage de Base élèves

Des sanctions également tombent sur les directeurs d'écoles refusant de ficher les enfants à travers « base élèves » lire Premières menaces de sanction contre un directeur opposé à "base élèves".

Sur cette résistance lire : Déclaration des directeurs et directrices résistant à Base élèves

Vous pouvez les soutenir en signant la Pétition pour le retrait de base élèves et en soutien aux directrices et directeurs d’école


Nouvelles évaluations du CM2

Concernant les « nouvelles évaluations » du CM2, je n'arrive pas à retrouver un article que j'ai lu en ayant malheureusement oublié de noter le lien qui mettait mieux en exergue les problèmes posés que celui que je vous mets ici : analyse évaluations CM2 . Des parents et pas seulement des enseignants se mobilisent contre elles, lire : Les parents bloquent les évaluations CM2 et lisez les commentaires de l'article,car l'IEN fait envoyer les gendarmes dans les écoles pour contrôler si les enseignants font bien passer les évaluations.

Petite problème soulevé par une enseignante sur son blog triché ou pas triché ?, le livret de ces évaluations est accessible sur internet (avant de tomber sur cet article, j'avais d'ailleurs téléchargé sur le site d'une académie le livret d'évaluation pour en prendre connaissance) et des parents font apprendre par coeur les bonnes réponses à leurs enfants avant qu'ils passent l'évaluation !


Disparition programmée des maternelles

J'avais signalé il y a plusieurs mois, l'objectif du gouvernement de faire disparaître les maternelles, pour les donner au secteur privé. La première pierre est posée vec la « création de jardins d'éveil à la charge des municipalités pour les enfants de moins de 3 ans qu'elles accueillaient jusqu'à présent. Une pétition est en ligne : Signez pour la maternelle


Divers

Face à la collaboration des parents avec les enseignants et les multiplications d'occupation d'écoles « des directeurs d'école ont été menacés de mutation s'ils continuaient à collaborer avec les parents et à ne pas s'opposer à eux » ... lire Communiqués parents du 20ème

A propos du SMA (service minimum d'accueil dans les écoles) lire : Polémique sur un recours aux enseignants retraités pour le service minimum

 



Specificités des actions menées actuellement


« Si la machine gouvernementale veut faire de nous l'instrument de l'injustice envers notre prochain, alors je vous le dis, enfreignez la loi. Que votre vie soit un contre-frottement pour stopper la machine. Il faut que je veille, en tout cas, à ne pas me prêter au mal que je condamne. » Henri David Thoreau


Ces actions sortent des schémas habituels. Elles n'ont pas été initiées par une organisation structurée, mais se batissent autour d'initiatives individuelles, de petits collectifs, autonomes et locaux, se structurant en réseau pour faire circuler l'information et mener éventuellement des actions et réflexions collectives. La création de collectifs mixtes parents et enseignants dans les écoles qui ont commencé à se créer il y a des mois est également une nouveauté. Utiliser la désobéissance civile comme mode d'action est sans précédent dans une lutte sociale en France. Il ne s'agit  pas seulement d'une opposition à une "réforme" mais également de la revendication d'une école publique de qualité pour tous, et du droit du citoyen de refuser d'obéir à un gouvernement prenant des décisions allant à l'encontre de la démocratie et de l'intérêt général. Cette désobéissance civile est en train de toucher certains parents d'élèves, sans être forcément revendiquée, dans le cadre d'occupation d'école, qui se produisent fréquemment, et en ce moment en investissant certaines classes de CM2 pour empêcher le passage des évaluations. Autant par sa structure que les moyens utilisés ce qui se passe depuis des mois dans l'enseignement primaire est nouveau, même si j'ai du mal à exprimer ce que je ressens.

C'est une action de citoyens conscients et autonomes, s'organisant eux-même et collaborant ensemble qui va dans le sens d'une réappropriation citoyenne de la démocratie. Et il faudrait trouver dans d'autres domaines des actions allant dans le même sens, d'autant plus que les actions locales en collectif, permettent de retisser le relationnel, le lien social que notre société a totalement désagrégé. Retisser ce lien social, est indispensable pour reconstruire un esprit de solidarité et de partage et si nous voulons retrouver le chemin de la démocratie. L'égalité, la fraternité, le souci du bien commun, la justice se contruisent dans la relations à l'autre, dans le vivre ensemble et non par la promulgation de lois.


Et le gouvernement patauge ... face à la structuration inhabituelle de ce mouvement patauge, n'ayant pas de "dirigeants" avec lesquels négocier, mais une multitude d'action individuelles et locales autonomes. Avec les enseignants, il tente par des sanctions financières de les faire plier individuellement, sanctions auxquelles ils réagissent en disant  Plus ils sanctionneront, plus nous désobéirons !.  Il ne peut faire de même avec les collectifs de parents et commence à leur faire envoyer les gendarmes, ce qui a plutôt tendance à plus les braquer que les intimider. Même si l'information n'est pas médiatisée nationalement, elle circule sur le net et dans les journaux régionaux ou locaux.

Et avec le temps ce mouvement, et le soutien qui lui est manifesté, ne s'étiolent pas mais s'étendent, et ouvrent un début de débat sur l'école et l'éducation, mais également sur la démocratie et la place des citoyens, à travers la nécessité d'expliquer la désobéissance civile.

 


Est-ce le signe d'un de réveil des consciences et de l'esprit citoyen dans notre pays ? C'est le temps qui le dira, mais ce changement est dans l'air du temps ...


 



Sites et blogs pour s'informer


Parcourez les différents sites et blogs mis en lien ci-dessous, lisez les articles mais également les commentaires souvent intéressants et pertinents, les actions menées par les collectifs de parents et leurs écrits :


Publié dans Education-Jeunesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sixtine 06/02/2009 08:01

L'école a un grand rôle à jouer et les enseignants n'ont pas à être malmenés de la sorte par leur ministère...non plus que par les élèves et les parents d'élèves...Un si beau métier ...il va falloir porter une armure pour l'exercer si ça continue...on s'indigne( à raison) devant les agressions des chauffeurs de bus ou de métro, mais on peut insulter et cogner les enseignants régulièrement sans soulever un tollé general !Et je ne parle même pas des tentatives de meurtre ...

benedicte 10/02/2009 14:01


Les gouvernements de droite et de gauche ont bien orchestré la décrédibilisation des enseignants et de l'Education Nationale. L'éducation est importante dans les choix de société. Je n'aimerais pas
être enseignant en France actuellement.