Analyses des réformes de l'éducation publique ( 3 interviews)

Publié le par benedicte

Ci-dessous, après mes élucubrations personnelles, trois interviews de spécialistes de l'éducation interrogés à propos des réformes de l'éducation publique

Je ne suis pas une fan des spécialistes en général, toutefois il existe de véritables chercheurs quelle que soit la spécialité, même si je pense toutefois que sur certains points ou dans certains développements démonstratifs, ils peuvent perdre la vision globale nécessaire, car aucun domaine ne peut être pris isolément des autres, et le morcellement en domaines de spécialisations de plus en plus réduits facilite la perte de repères et les assertions erronées.


La réflexion sur l'éducation publique, ne peut être déconnectée de celle sur l'éducation en général, c'est à dire de la famille, de celle sur la démocratie, puisqu'elle a un rôle social dans la formation des citoyens adultes et dans le développement de leurs relations avec les autres, du développement psychique et physiologique de l'enfant, parce qu'un élève est une abstraction qui n'existe pas, et qu'il n'existe que des êtres vivants en développement ...

Tout ceci étant lié, il ne peut y avoir de réflexion sur l'école publique, sans réflexion sur la société et sur le fonctionnement de l'être humain, tant individuel que collectif.


Vous pouvez penser que c'est une approche trop complexe pour permettre de trouver des solutions, je dirais que c'est une mauvaise manière de poser le problème qui le fait paraître plus compliqué qu'il ne l'est. C'est parce que cette approche globale, la société a toujours refusée de la faire, que les problèmes se sont multipliés, voyant se succéder des réformes arbitraires, sans cohérence, faites au nom d'allégations sans fondement par des personnes incompétentes, voire mal intentionnées. L'aboutissement dans le temps de cette politique à courte vue et dépourvue de réflexion est d'avoir non seulement stoppé, mais de s'être opposé au développement d'une éducation plus adaptée au développement harmonieux individuel et social des enfants pour leur permettre de devenir des adultes conscients et responsables. En parallèle elle l'a fait régressé, cherchant à la transformer en une véritable entreprise de déstructuration de l'individu, avec des méthodes et programmes mis en oeuvre, dont les objectifs dissimulés et les conséquences visibles, sont d'engendrer la confusion mentale, la répétition mécanique sans compréhension de ce que l'on répète et la soumission à l'autorité sans aucun questionnement.

Je ne suis pas enseignante, mais une ancienne élève, mère d'une fille de 23 ans dont j'ai suivi la scolarité et cette casse de l'école publique je l'ai constatée, y compris dans les changements de méthodes et le contenu des manuels. La situation s'est aggravée depuis et toutes les réformes en-cours ont pour but de l'achever.

Bien que ce soit indépendant du contenu de l'enseignement, l'école souffre également en retour des problèmes que notre société multiplie. Elle ne peut pas plus pallier les dysfonctionnement de celle-ci, qu'elle ne peut être un espace  clos où ceux-ci seraient absents, parce que laissés devant la porte. Les réformes successives ont là aussi aggravé ces problèmes dans les établissements scolaires. Bien que ce ne soit pas le sujet, ne croyez pas que ce soit sans incidence, même si celle-ci est indirecte. Certains de ces problèmes sont entre autre instrumentalisés pour servir d'alibi à l'idéologie malsaine d'un retour à l'autoritarisme. Si on dresse les chiens à obéir à leur maître, dans une démocratie, on se doit d'éduquer des citoyens libres et égaux.


Soyez conscient que l'enseignement public est au coeur des enjeux de société. Son devenir nous concerne tous, que nous soyons enseignants ou non, parents ou non, ayant des enfants scolarisés ou non. Les choix qui sont fait le concernant, la réflexion sur son rôle, sont déterminants dans les orientations de fond de notre société, qui en fonction de ces choix régressera vers l'obscurantisme et l'asservissement ou avancera vers la conscience et la démocratie. Nous avons le devoir envers les générations futures de ne pas nous laisser déposséder de ce choix !





Sur le site regarde à vue production d'images

Parcourir le site, de très bons documentaires et vidéos sur des sujets très différents mais intéressants même si venant de le découvrir, je n'ai bien entendu eu le temps d'en regarder que quelques unes. Cette association de loi 1901 assure la création, production et réalisation des projets grâce à l'engagement de ses membres bénévoles qui sont plus d'une vingtaine sur Paris, Ile-de-France et Montpellier.

L'école est finie ?
Le 13 juin dernier, j'ai visité de nombreuses écoles occupées par des parents et des enseignants. Une vraie réussite, cette "Nuit des Ecoles" ! Jusqu’au milieu de la nuit, c'est avec beaucoup d'attention que j'ai participé à diverses discussions autour des réformes Darcos. De cour d’école en cour d’école, de préau en préau, les mêmes questions revenaient sans cesse : "Retour au fondamentaux, ça veut dire quoi ?", "Nos enfants, sont-ils si nuls que ça ?", "Qu'elle est cette école, dans laquelle mon enfant grandit ?".
Il m'a alors semblé nécessaire d'aller questionner des spécialistes pour en savoir d’avantage. Après avoir mis en marche ma caméra, je ne leur ai posé qu'une seule question :
"Vous vous êtes publiquement exprimé contre les réformes Darcos, expliquez-moi pourquoi ?"


  • Philippe Meirieu (son site personnel) universitaire en sciences de l'éducation : 1 Approche globale / 2 Les écoles primaires / 3 Les lycées / 4 La formation des enseignants / 5 Les conséquences de la politique libérale dans l'éducation
  • Christine Passerieux – membre du Groupe Français d'Education Nouvelle : 1 L'idéologie de l'égalité des chances / 2 La mécanique en lieu et place de la pensée / 3 Lecteur vs liseur / 4 30 ans de recherche / 5 Des programmes idéologiques / 6 L'intervention entière
  • Remy Brissiaud Universitaire en psychologie cognitive

Publié dans Education-Jeunesse

Commenter cet article