Il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec les allumettes ...

Publié le par benedicte

Il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec les allumettes ...

Merci à Al Faraby de nous rappeler Prévert et sa lucidité. Sans autre commentaire pour l'instant que cette citation sur le même sujet de Georges Orwell, que ma fille m'a rapporté il y a peu "Il est des idées d’une telle absurdité que seuls les intellectuels peuvent y croire" .


Il ne faut pas
par Al Faraby - mercredi 12 novembre 2008.

( à tous ceux qui ont soutenu la guerre en Irak )

"Un poète a écrit un jour, je cite, - il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec les allumettes -"
"je le connais ?"
"je serai étonné du contraire... même les enfants le connaissent, du moins en France"
"il doit être de notre époque"
"à quoi le vois-tu ?"
"les allumettes, c’est récent"
"pas du tout... le mot « allumette » date des environs de l’an 1200 pour désigner une petite bûche destinée à faire prendre le feu... et c’est au début du XIXe siècle que l’on verra pour la première fois une allumette produire une flamme en un seul temps, par réaction chimique ou par frottement"
"sauf que dans ce vers, le poète fait référence aux intellectuels"
"et alors... il y en a eu à toutes les époques, même les plus reculées..."
"oui mais, jusqu’à une époque récente, les intellectuels étaient plutôt bien vus..."
"que veux-tu dire ?"
"je veux dire que ce vers incite à une certaine méfiance à leur égard, le poète dit - il ne faut pas... -, ça sonne comme un appel à la vigilance... il semble dire, attention, ils sont dangereux..."
"perspicace analyse !"
"et puis le poète dénonce leur inconscience"
"qu’est-ce qui te fait dire ça ?"
"il dit que les intellectuels, je cite, - jouent avec les allumettes... il semble vouloir signifier qu’ils ne sont pas conscients du danger..."
"quel est ce danger ?"
"le feu, bien sûr !"
"n’exagère-t-il pas un petit peu ?"
"attention... t’as dit que c’est un poète..."
"et alors ?"
"nous sommes dans la symbolique"
"mais encore ?"
"les allumettes pourraient être n’importe quelle autre chose susceptible d’être à l’origine du feu..."
"comme quoi ?"
"les armes"
"oui mais pourquoi cette mise en garde spécifique vis-à-vis plus des intellectuels qui ne manipulent pas d’armes ?"
"toujours la symbolique"
"je ne comprends pas"
"les idées peuvent parfaitement être des armes très redoutables... à mon avis, le poète lance-là un appel contre les idées source de conflits et de guerres... il ne se trompe pas en spécifiant les intellectuels puisque ce sont eux qui, de par leur activité professionnelle, manipulent exclusivement des idées... comme les scientifiques, les écrivains, les philosophes, les journalistes..."
"je suis ébahi par ta perspicacité"
"de plus, il doit être français"
"comment t’as deviné ?"
"t’as dit qu’il était connu des enfants en ajoutant, je cite, du moins en France..."
"c’est juste... c’est un poète français..."
"il a certainement vécu les horreurs d’une guerre"
"c’est juste"
"ça doit être un grand poète"
"pourquoi ?"
"parce qu’il a vu venir les intellectuels d’aujourd’hui, je veux dire ceux de nos jours... ceux qui rampent sur les marches du pouvoir... et jouent avec les allumettes... je ne vois qu’un poète capable d’une si grande prouesse..."
"c’est-à-dire ?"
"capable de porter une si profonde critique avec de si simples mots, si simples, qu’on peut se permettre de les apprendre aux enfants... "
"c’est qui ?"
"c’est Prévert !"
"oui"
"il a aussi écrit quelle connerie la guerre !... et là, pas besoin d’analyse... tout le monde peut comprendre, sauf peut-être des intellectuels"
"... !?"


Il ne faut pas...
( Jacques Prévert, 1946 )

Il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec les allumettes
Parce que Messieurs quand on le laisse seul
Le monde mental Messieurs
N’est pas du tout brillant
Et sitôt qu’il est seul
Travaille arbitrairement
S’érigeant pour soi-même
Et soi-disant généreusement en l’honneur des travailleurs du bâtiment
Un auto-monument
Répétons-le Messssssieurs
Quand on le laisse seul
Le monde mental
Ment
Monumentalement.




Publié dans Réflexions

Commenter cet article

Charlotte 17/11/2008 11:31

Superbe !