De retour !

Publié le par benedicte

Je suis rentrée d'Equateur, il y a une semaine en fait, mais j'ai eu du mal à reprendre.
J'étais fatiguée, un peut triste d'avoir laissé ma fille et j'ai chopé une bronchite ... et puis j'avais arrêté le blog depuis plus de 3 mois !

Aujourd'hui je vais répondre à mes mails perso, aux commentaires reçus sur le blog et si j'ai le temps mettre un article sinon ça sera demain.
Depuis que je m'étais mise en arrêt la situation ne s'est pas améliorée, la crise du système économico-financier suit son cours, le saccage de la biosphère également, le tout accompagné d'une remontée croissante de tous les obscurantismes ... mais tout continue comme si de rien (ou presque n'était). La réalité de nos sociétés rejoint, voire dépasse dans certains cas, les visions de cauchemar que j'avais adolescente et un mix des pires scénarios des visionnaires de la science-fiction.
Etant donné que ce système ne fonctionnerait pas sans la participation du plus grand nombre, que son fonctionnement rendait prévisible ce qui se passe aujourd'hui, le dénoncer sans chercher à comprendre pourquoi nous l'avons construit, pourquoi de siècles en millénaires nous n'avons produit que des sociétés esclavagistes et destructrices ... c'est ne voir celle-ci s'effondrer que pour en construire une similaire. Toutefois la destruction en coupe réglée de la vie de la planète et le saccage de l'équilibre de sa biosphère risque de mettre un terme définitif à nos conneries !
Mais au vu l'absence de remise en cause inividuellement de ses actes par l'être humain, je ne vois pas ce qui permettrait une remise en cause collective ... je suis suis plutôt angoissée concernant les temps à venir.

Que nous ne percevions pas la réalité (à commencer par celle que nous engendrons) ne l'empêche pas d'exister. C'est le propre de la réalité que d'exister indépendamment de notre regard et de notre existence. Comment pouvons nous être dépourvu de conscience (bien que nous prétendions être la seule espèce à en être pourvu ... le ridicule ne tue pas !) au point de ne pas voir que nous avons perdu tout contact avec la réalité de ce monde et vivons dans l'univers virtuel de croyances et fantasmes dépourvus de tout fondement ? Mais peut-on attendre d'une espèce plongée dans la démence qu'elle soit conscience de celle-ci ?
Mais être conscient de cette démence, c'est être aussi conscient de la sienne et être son premier sujet d'étude.

Je suis de nouveau (c'est périodiquement le cas) très remontée contre mon espèce et
il est probable que je réoriente mon blog d'ici quelque temps ... on verra !

Sinon le mariage s'est bien passé et l'Equateur un très beau pays je mettrais des photos ultérieurement.

Mais comme je suis allée en Equateur pour le mariage de ma fille, 2 photos tout de même d'Assyah et José-Luis

          
        

Publié dans Sas de décompression

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

charlotte 23/10/2008 16:48

Très jolie Assyah, j'espère que je verrai bientôt ces photos "de visu" (lol). Quant à ton post, une Béné égale à elle-même, tant mieux, ne changes pas. Je te bise

benedicte 09/11/2008 13:46


Quand tu veux Andrée pour les photos de visu:) Bises


mycr 21/10/2008 18:45

Cela me fait plaisir de te relire et que ton séjour en Equateur ait été bon.Prends ton temps.  Nous sommes en plein vent d'automne.  Profite des marrons, des noix et des champignons d'abord!Bises!

benedicte 22/10/2008 15:33


Pas d'inquiétude je vais m'y remettre doucement. Pas de noix et de chataignes dans mon environnement proche ... pour les champignons je vais voir :) Bises


ciboulette 20/10/2008 23:20

Quelle merveille béné... C'est le beau qu'on doit garder et entretenir... Le beau est en grand danger... J'aime ta réflexion sur la conscience. C'est vrai que nous sommes la seule espèce censée en avoir, ce qui nous prive d'instinct... Mai à priori c'est pas une réussite. Bise et cool tout cool...

benedicte 22/10/2008 15:32


Je n'ai pas tout à fait la même approche concernant la conscience et l'instinct. L'instinct est une conscience collective de l'espèce, dont chaque individu hérite à sa naissance, une connaissance
innée et non acquise de ce monde bâti par les générations passées. Nous avons perdu cette conscience ... et conscience tout court !
Nous ne sommes pas conscient de ce que nous sommes puisque l'inconscient est la partie immergée de l'iceberg de la psyché, de nos semblables puisque nous amettons ne pas les comprendre, ni même
vraiment les connaître, y compris les personnes qui nous sont les plus proches, des autres espèces vivantes, que nous regardons avec mépris comme s'ils n'étaient que des mécaniques régies par
automatisme seulement occupées à se nourrir et se reproduire, etc ... quand aux lois de l'univers et du mouvement de la vie, nous en sommes d'autant plus superbement ignorants que nous prétendons
qu'elles ne s'appliquent pas à nous, que nous serions au dessus de ça ... LOL
Ce n'est plus la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf, mais le grain de sable qui se croit plus gros que l'univers !
Alors la conscience de quoi ? De notre existence et de notre mort ? Mais les animaux aussi sont conscients de leur existence et de leur mortalité, et ce n'est pas une idée qui me séduit, j'ai pu le
constater plusieurs fois personnellement.
Alors qu'est ce qu'il reste ? Rien ... nous avons perdu effectivement l'instinct, donc cette conscience du monde et en place de ceci nous avons (merci Jung) un inconscient collectif ... et c'est
dans celui-ci et notre inconscient personnel que se trouve les réponses.
Comment se fait-il que l'exploration de cet immense territoire inconnu qui se trouve à portée de main de tout un chacun ne tente presque personne ?
Pas de candidat pour le seul voyage totalement écolo et éthique, non proucteur de CO2, non polluant, non consommateur de ressources naturelles, ne participant d'aucune manière au système marchand
et consumériste, totalement gratuit et pourtant susceptible de vous faire approcher l'infini ... le voyage intérieur ? :)
Bises