Cancer du sein, déodorants anti-transpirants, aluminium et paraben

Publié le par benedicte

Cancer du sein, déodorants anti-transpirants, aluminium et paraben


Ma fille m’a envoyé un mail concernant le cancer du sein et les anti-transpirants (voir ci-dessous). J’ai vérifié, quelques petites choses me faisant tiquer, il s’avère que les personnes mentionnées, bien qu’existantes n’ont rien à voir avec le texte. Ce mail est donc un hoax ! Ne pas le faire circuler !


Toutefois, la transpiration a pour objet, de permettre au corps d’éliminer les toxines, empêcher cette élimination par des anti-transpirants ne peut qu’être globalement nocif, entravant un des systèmes de régulation de l’organisme.

Ces déodorants anti-transpirants contiennent effectivement du chlorhydrate d’aluminium, qui passe à travers la peau pour pénétrer dans l’organisme. L’aluminium est toxique pour l’organisme voir à ce sujet les articles concernant les vaccins dans la page santé et médicalisation. L’aluminium engendre une dégénérescence neurologique, il a été mis en cause dans la vague d’autisme aux Etats-Unis (1 cas d’autisme pour 166 enfants), lié à des vaccins ROR massivement utilisés en contenant (voir Vaccination ROR et autisme : lien reconnu par le gouvernement américain) et pourrait jouer un rôle dans la maladie d’Alzheimer.

Le paraben est contenu dans la majorité des produits cosmétiques et d’hygiène (savon, gel douche, shamppoing,…), une étude sur le cancer du sein, a permis de constater que des tumeurs contenait du paraben, alors que jusqu’à présent on pensait qu’il ne pénétrait pas dans l’organisme.

Ça ne signifie pas que le paraben est responsable en soi de cancers du sein, mais qu’à travers les cosmétiques et produits d’hygiène, utilisés quotidiennement, l’organisme concentre des substances toxiques, qui s’ajoutent à toutes celles de provenance diverses : médicaments, alimentation, eau, air, … Ce n’est peut-être pas la peine d’en rajouter bêtement !

Unilever multinationale ayant un gros département en produit d’hygiène (signal, dove, axe, brut, rexona, timotei, sunsilk) a fait un site uniquement consacré à l’innocuité des antiperspirants :

" Bienvenue à antiperspirantinfos.com
Ce site est publié par Unilever, l'un des plus grands fabricants au monde d'antitranspirants, pour fournir des informations sur l'innocuité des déodorants et antitranspirants. Les termes juridiques de ce site sont disponibles ici.
" (source accueil du site)
Et dans ces termes juridiques il est précisé : " (…) Contenu : Les informations de ce site ont été incluses en toute bonne foi mais à titre d'information générale uniquement. Elles ne doivent pas être invoquées à des fins spécifiques quelconques et aucune représentation ou garantie n'est donnée quant à leur exactitude et intégralité. (…)"

Ils ne s’engagent pas sur l’exactitude, ni le respect de l’intégralité de textes qui seraient cités, ce qui en soit me semble plus suspect que rassurant, mais ce sera à vous de juger.


J’avais déjà parlé des produits d’hygiène et cosmétiques dans L'écologie, l'éthique et le bio ... attention aux faux !, suite à une publicité mensongère concernant Body Shop qui avait fait hurler ma fille, où vous trouverez des infos concernant des labos commercialisant des produits sains qui ne sont pas hors de prix, que vous pouvez acheter soit par internet ou trouver dans des magasins ou coop bio.


Articles ci-dessous :

  • Le mail incriminé
  • L’aluminium. Une intoxication permanente
  • Paraben : il y en a encore partout !
  • Cancer du sein et antitranspirants  (site antiperspirantinfos.com d’Unilever)



Le mail qui est un faux, à ne pas diffuser donc si vous le recevez ...

A LIRE ATTENTIVEMENT ET A TRANSMETTRE A VOS AMI(E)S

INFO à prendre en compte,
elle est adressée par une femme qui travaille au Centre Léon Bérard à Lyon (Grands cancéreux)

Martine PXXXXX  Responsable ADV
Laboratoires CXXXX
e-mail
adv@xxxxx.xx 06 72 xx xx xx

Le cancer du Sein
Le Planning Familial nous demande de diffuser le plus largement possible cette  information : Le chlorhydrate d'aluminium  serait la cause de très nombreux  cancers du sein.
Il s'agit de l'explication d'une des origines
 du cancer du sein.
C'est une spécialiste en biologie cellulaire
 qui l'a écrit, Mme Gabriela Casanova Larrosa  de l'université d'Uruguay

Ça ne fait pas longtemps que j'ai
assiste a un séminaire sur le cancer du sein.
Pendant la période de questions - réponses,  j'ai demandé pourquoi l'aisselle est la place  la plus commune pour développer le cancer du sein.
Ma question n'a pas eu de réponse alors,
mais je viens de recevoir un courrier  ou j'ai trouve la réponse à ma question, que je veux partager avec vous tous et toutes.
La cause principale pour le cancer du sein est l'utilisation  d'ANTI-TRANSPIRANTS.
La plupart des produits sur le marche sont une combinaison d'anti-transpirants et déodorants.
Regardez, la composition de vos produits à la maison. S'il y en a qui contiennen
t chlorhydrate d'aluminium  (même sous le nom de déodorants) il faut les jeter a la poubelle et essayer des autres marques qui n'ont pas de  composants sur base d'aluminium.
 
Il y en a sur le marché. La raison est simple.

Le corps humain a seulement quelques zones susceptibles d'éliminer des toxines : derrière  les genoux, derrière les oreilles, l'entrejambes et les aisselles.
Les toxines sont éliminées sous forme de transpiration. Les anti-transpirants empêchent cette ranspiration, donc Evitent la mission corporelle d'élimination de toxines au travers des aisselles.
Ces toxines ne disparaissent pas. Elles sont
 stockées dans les Glandes lymphatiques qui se trouvent en dessous des bras. La plupart des  cancers de sein sont origines dans cette  région supérieure du sein.
Les hommes sont moins susceptibles de
développer ce type de maladie car même s'ils utilisent les anti-transpirants,  ceux-ci restent sur les poils des aisselles et ne s'appliquent pas directement sur la peau.
Les femmes qui s'appliquent ce produit tout
de suite après le rasage sont en train d'accroître le risque car les petites blessures causées par le rasage font que les produits chimiques pénètrent plus facilement dans le corps.

S.v.p., informez toutes les femmes et tous les hommes que vous connaissez.
Le cancer de sein prend aujourd'hui des
proportions vraiment alarmantes.
Si avec cette notice nous pouvons en éviter quelques-uns, ça ne sera jamais du temps perdu.'
Merci
Cordialement.
Carole GXXXX

 



ALUMINIUM article très complet concernant les intoxications par l'aluminium et leurs conséquences

BIOGASSENDI.COM
Introduction : une intoxication permanente

Bien que la Direction Générale de la Santé n’en ait communiqué aucun bilan officiel, la plupart des experts ont acquis la conviction que l’épidémie d’encéphalopathie, une forme progressive de démence caractérisée par tremblements, convulsions, psychose et autres changements cognitifs -parole et comportement-, qui, dans les années 70, a décimé les insuffisants rénaux, avait pour origine la forte teneur en aluminium de l’eau de dialyse et des médicaments. 

Mais, si des fortes doses provoquent des encéphalopathies aluminiques, de récentes études neurobiologiques laissent à penser que certaines maladies du cerveau de type Alzheimer seraient au moins favorisées par l’ingestion chronique de petites doses d’aluminium. 

Or l’Aluminium est omniprésent dans notre vie quotidienne de la forme la plus inoffensive et normale, à la plus sournoise et dangereuse (on en trouve dans certaines protheses dentaires notamment), dans les traitements de l’eau du robinet, dans ceux des produits alimentaires, mais aussi ceux des produits d’hygiène, sans oublier les produits médicamenteux les plus courants (contre les maux d’estomac, les maux de tete), etc..  et même dans le filtre de la derniere cigarette ...

... lire la suite >>




Soignez-vous.com
Paraben : il y en a encore partout !
Auteur: Patricia Riveccio - Mercredi 10 janvier 2007

L’industrie des cosmétiques emploie de nombreux conservateurs chimiques dont le rôle est d’empêcher la croissance de champignons ou de bactéries et d’assurer le maintien de la qualité et des propriétés de sa formule. Bien que leur utilisation soit autorisée officiellement, un nombre croissant de consommateurs se méfient aujourd’hui des esters d’acide p-hydroxybenzoïc, plus connus sous le terme de paraben. D’abord parce que l’association entre paraben et cancer, apparue après la publication d’une étude scientifique récente, fait beaucoup de bruit, mais aussi parce qu’ils ont un nom facile à retenir. Alors, les parabens sont-ils vraiment dangereux ou seulement politiquement incorrects ?

Paraben, une accumulation dangereuse ?

Tout a commencé avec les produits antisudorifiques (antitranspirants), soupçonnés d’être à l’origine de cancers du sein. Une rumeur démentie par les autorités médicales. Jusqu’à ce que les travaux d’une chercheuse britannique, publiés dans le Journal of Applied Technology, relancent la polémique sur un possible lien entre l’utilisation d’antisudorifiques et le cancer du sein. Le Dr Philippa Darbre, de l’Université de Reading, a en effet détecté la présence de paraben sur des tissus prélevés sur 20 tumeurs du sein. « C’est la première fois que l’on démontre que les parabens peuvent s’accumuler dans l’organisme », a déclaré le Dr Darbre à la BBC.
On pensait jusque-là que, lorsqu’ils étaient ingérés, les parabens étaient rapidement détruits et transformés en sous-produits inoffensifs. Or les parabens retrouvés dans les tumeurs étaient intacts, ce qui laisse penser qu’ils ont pénétré par la peau plutôt que par voie orale. L’étude fait grand bruit alors que ses conclusions sont mesurées puisqu’il n’y a eu aucune comparaison de ces résultats avec des tissus sains.

Depuis, on suspecte ces conservateurs d’être à l’origine d’une perturbation du système endocrinien : leur danger potentiel, inconnu jusqu’alors, proviendrait de leur capacité à mimer l’action des hormones féminines en s’attachant aux récepteurs d’œstrogènes des cellules de l’organisme. Et justement, les facteurs hormonaux sont prédominants dans le développement d’un cancer du sein.
Cela dit, des essais en laboratoire ont montré que même les parabens les plus actifs sont 10 000 fois moins puissants que l’œstradiol, cette hormone qu’on administre aux femmes ménopausées dans les traitements substitutifs…

Il n’empêche que si les parabens n’étaient pas si nombreux… Car enfin, le risque c’est l’accumulation et comment l’analyser ? 80 % des produits de soin et d’hygiène contiendraient ces fameux parabens, dont des crèmes prescrites par des dermatologues, des produits hypoallergéniques…

Et ce n’est pas tout, on en trouve dans les produits alimentaires, dans les colles, les pansements, les gouttes nasales, ophtalmologiques et auriculaires, voire dans les ovules et suppositoires, ainsi que dans des solutions injectables ! Cela fait beaucoup. Comme l’écrit le Pr Belpomme, cancérologue, ces conservateurs généralement toxiques surchargent le foie et, utilisés régulièrement à long terme, peuvent provoquer une intoxication chronique, qui conduit à l’expansion des maladies dites de civilisation : allergies, dermatose chronique, cancer.

... lire la suite >>



antiperspirantinfos.com (Unilever)

CANCER DU SEIN ET ANTITRANSPIRANTS :
HISTOIRE D'UNE POLÉMIQUE NON FONDÉE AUTOUR DE PRATIQUES D'HYGIÈNE COURANTES

D'après les propos du Docteur Elisabeth Luporsi (Responsable de l'unité de recherche clinique et de biostatistiques - Centre Alexis Vautrin - Nancy) lors d'une présentation réalisée pour les membres de la Société Française de Gynécologie, le lundi 11 décembre 2006

La peur du cancer du sein alimente et fait vivre les rumeurs.
Le cancer du sein touche aujourd'hui en France près d'une femme sur dix. Cancer le plus fréquent chez la femme, il est également la première cause de décès par cancer dans ce même sexe avec une mortalité prématurée importante, puisqu'elle a concerné 4 354 femmes âgées de moins de 65 ans durant l'année 2000 (1). Ces chiffres font du cancer du sein aujourd'hui, un véritable problème de Santé Publique, susceptible de toucher un grand nombre de personnes ou leurs proches à un moment de vie donné.
L'inquiétude générée par ce fléau oncologique dont les principaux risques semblent non maîtrisables (âge, sexe) peut certainement expliquer le fait d'avoir cherché à désigner un " coupable " plus facile à " combattre ".
Initialement colportée via Internet à travers un mail signé par Gabriela Casanova Larrosa, professeur au Département de Biologie Cellulaire de la Faculté de Sciences de la République Orientale d'Uruguay, la rumeur selon laquelle l'utilisation des anti-transpirants serait un facteur de risque du cancer du sein s'est répandue et amplifiée grâce au relais des medias. Les " coupables " présumés pourraient être les sels d'aluminium (et/ou les parabens) entrant dans la composition des anti-transpirants. Cette rumeur s'est vue parallèlement confortée par plusieurs études publiées dans des revues scientifiques. Si le professeur Larrosa en personne, a démenti être à l'origine de l'information initiale, il est cependant permis de s'interroger sur la fiabilité des sources prétendues scientifiques, venues corroborer cette hypothèse ? Le cancer féminin le plus fréquent pourrait-il donc être lié à certaines pratiques d'hygiènes actuelles particulièrement répandu dans nos sociétés occidentales… ?

En faveur de cette hypothèse, des données peu rigoureuses.
Fortes du constat d'une haute incidence de cancer du sein dans le quadran supéro-externe, proche de la surface habituelle d'application des déodorants et/ou anti-transpirants (2), plusieurs équipes scientifiques ont effectivement cherché à établir un lien possible entre antitranspirants et cancer du sein.
En 2003, à partir de l'étude rétrospective de 437 femmes ayant survécu à un cancer du sein, l'équipe américaine du Docteur Mc Grath(3) réussit à conclure que la fréquence et l'usage prématuré d'anti-transpirants en association au rasage des aisselles sont associé au diagnostic prématuré de cancer du sein. Cette étude ne permet cependant pas d'identifier des composants potentiellement responsables.
Quelques semaines plus tard, une équipe anglaise dirigée par le Pr Darbre(4) révèle la présence, dans 20 échantillons issus de tumeurs mammaires, de conservateurs utilisés dans les déodorants et anti-transpirants : les parabens. Ces résultats discutés par Harvey PW dans une nouvelle publication suggèrent que les parabens, dotés d'un rôle estrogénique, dont l'impact sur la croissance et le développement de la majorité des cancers du sein est connu, pourraient contribuer à l'incidence actuelle du cancer du sein.

... lire la suite >>

Publié dans Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

charlotte357 08/06/2008 18:14

hihihi, Cib et LV, bien aimé vos commentaires , de toute façon, on pue ou on sent bon tout dépend de celui qui te renifle, on n'aime pas tous les mêmes odeurs!!! sinon on achèterai tous le même perfume. Moi non plus j'me déodore plus, ça fait belle lurette et ça gène pas mon hom' ! Alors, hein !...Et puis pour avoir un cancer du sein, faudrait déjà des seins et les miens ont fondu comme neige au soleil avec les années et les 3 allaitements. J'me tate pour un siliconage à 95 C (mais non, j'rigole !) Bisous à toutes

benedicte 09/06/2008 15:13


j'ai une pierre d'alun comme déodorant, mais j'y pense une fois tous les 6 du mois :) Elle va me faire de l'usage ! Bises


LV 07/06/2008 00:26

ciboulette : "La transpiration par elle-même ne sent pas. C'est le fait de la laisser macérer qui la fait puer".Il faut marcher les bras levés et les jambes bien écartées face au vent dominant ;-)) MDR !

benedicte 09/06/2008 15:03


J'imagine bien une foule marchant de cette manière :))


LV 07/06/2008 00:19

http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/hoax.php?idArticle=849http://www.newscientist.com/article.ns?id=dn4555Cependant on sait que les "Alzeihmer" ont un taux d'alu trop élevé dans le cerveau. On vient de le démontrer chez la souris, les tests vont démarrer sur l'homme avec des volontaires. A suivre donc, mais pas de cancer du sein en vue !Au fait, d'après Carlolita de la Srako Brunie, son mec ayant au moins 6 cerveaux il doit commencer à être chargé en alu; peut-être ça qui expliquerait les couacs-couacs ;-)Bises.....bien transpirantes :-))

benedicte 09/06/2008 16:39


Comme je l'ai dit je crois dans l'article, c'est le cumul de substances toxiques que l'on absorbe de sources diverses et variées, qui pose un problème de santé publique, et qui selon l'organisme de
chacun, son état et ses points faibles va se porter sur un endroit ou un autre et poser des problèmes plus ou moins grave. D'où il ressort que les tests effectués produit par produit n'ont aucune
valeur d'innocuité, mais c'est la raison pour laquelle ils resteront fait séparément, permettant de déclarer tout sans aucun danger. Si on pouvait voir le cumul on s'apercevrait avec effroi que
c'est un véritable empoisonnement de la planète et par voie de conséquence de nos organismes contre lequel il n'y a d'autre remède que d'arrêter ...
La Carla, elle n'a pas tous ses neurones non plus, NS n'a pas 6 cerveaux, mais un cerveau découpé en 6 sans passerelle entre les morceaux ... si en plus il y a surcharge d'alu :)
Bises ... non déodorisées :)


ciboulette 06/06/2008 10:57

Cela fait longtemps que les anti transpirants sont mis en cause. Ce n'est donc pas nouveau et je pense que c'est vrai. En règle général, les produits cosmétiques contiennent une grande quantité de produits dérivés du pétrole, dont les glycols, tous plus ou moins cancérigènes.Cela fait des décennies qu'on pousse les gens à la consommation de produits cosmétiques en leur faisant croire des miracles, des décennies que ces produits produisent l'effet contraire à celui vanté, invitant ainsi à consommer plus.La transpiration est un acte naturel. Les produits anti transpirant le bloque, les déodorants font transpirer encore plus !!! Et donc, si vous abandonnez ces trucs dégueus, au bout d'un moment vous vous apercevez que vous transpirez moins, que vous puez moins. Sauf rares cas pathologiques. Je n'ai plus de déo depuis longtemps. Personne ne me dit que je pue ! Et si on enferme pas la transpiration, elle s'évapore ! La transpiration par elle-même ne sent pas. C'est le fait de la laisser macérer qui la fait puer. LEs déos ont ce grand désavantage. 

benedicte 06/06/2008 15:13


Pour l'odeur de la transpiration, que ce ne soit pas inodore c'est normal, ça c'est la vie ! Mais ça dépend des toxines qu'on a éliminer, du stress, etc... Mais indépendamment de ça, c'est quoi ce
monde aseptisé sans goût, sans odeur, sans contact ... sans vie !
Je n'ai vécu que 7 mois en Afrique, il y a 38 ans, mais la transpiration ça sent et c'est normal. Il y avait un marché couvert, la première fois que tu y allais, tu n'y coupais aux odeurs
corporelles dans la foule, mais ensuite tu n'en es pas incommodé, alors que je suis incommodée par les odeurs de tout ce dont s'aspergent les gens, les déodorisants pour WC, les gaz d'échappement,
etc... Les africains disent, du moins disaient, je ne sais pas si c'est encore vrai, que les blancs sentent la mort, ont l'odeur des morts, c'est bien possible ! Bises


charlotte357 06/06/2008 09:46

Infos toutes contradictoires sur ces produits mais une chose est sûre, je considére suspectes toutes les infos provenant des labos. Bise

benedicte 06/06/2008 14:20


J'ai fait l'article parce que le mail est un hoax, ce qui est évidemment signalé sur le site d'Unilever. Mais le fait que ce mail soit faux, ne doit pas entraîner la réaction, dans un monde
fonctionnant en noir et blanc, que ces produits d'utilisation courante sont inoffensifs ! Il y a 2 cas de figure :
- soit la personne à l'origine de ce message, a cru qu'en le présentant de cette manière, les gens arrêteraient d'utiliser ces antitranspirants par peur, avec l'inconvénient quand tu dis des choses
inexactes, certains peuvent vérifier et qu'à partir du moment où la supercherie est découverte, cela va à l'encontre de l'objectif recherché ... j'ai un principe qui est de toujours s'en tenir à la
vérité, il n'y a pas de bonne manipulation.
- soit ce sont les labos qui en sont à l'origine, pouvant ensuite démontrer que c'est un faux, et obtenir cet effet puisque ce mail alarmiste ne repose sur rien, c'est a preuve que nos produits
sont d'une totale innocuité.
En fait on s'en fout, il faut comme toujours chercher les infos et prendre le temps de la réflexion, bien que dans le doute et étant donné qu'il ne s'agit pas d'un produit de nécessité, il vaut
mieux s'abstenir selon moi ... mais bon ! Bises