Des policiers blessent 3 jeunes par balles, en dehors de leur service

Publié le par benedicte

Des policiers blessent trois jeunes par balles, en dehors de leurs heures de service


Information qui m'a été signalée par Francis (merci), accompagné de ce commentaire que je vous livre ci-dessous :

Rappelez-vous ce que j'ai pu déjà écrire, on entre dans une spirale infernale car l'ambiance s'y prète.
Des policiers en état d'ébriété sur la voie publique ?
Bel exemple de ceux qui doivent interpeller justement en autre les poivrots...
On verra bien les réactions des syndicats de police...

Je reviens sur le gendarme qui a tué un homme du voyage.
Faudra qu'il retourne au stand de tir pour améliorer ses performances.
Qu'on lui mette une cible mouvante avec menottes aux poignets à 10m et un chargeur de 7 balles
Avec l'entraînement en réel qu'il a eu, il doit maintenant vider son chargeur dans le mille.
C'est curieux les médias n'insistent pas sur le fait qu'il était menotté et que donc il était facile à ceinturer, même après un petit sprint.
Mais ce gendarme n'avait pas envie de courir mais de jouer à l'exécuteur.
Va falloir que la gendarmerie soit plus sévère dans son recrutement.

@+ francis

 

Effectivement, les affaires se multiplient et c'est inquiétant ...

Ci-dessous l'article du Monde avec les commentaires des premiers lecteurs et je souscris entre autre à celui de AO demandant où sont les journalistes ? ... parce que publier des dépêches de l'AFP et les seuls dires officiels c'est effectivement un peu léger, alors que suite aux précédentes, c'est une affaire qui nécessite que l'on sache avec certitude ce qui s'est passé, et que les suites données correspondent à la gavrité des faits. La police n'a pas une bonne image, mais si l'impunité est donnée à un policier ou un gendarme pour des faits démontrant qu'il représente un danger pour la population, c'est l'ensemble de la police qui sera considérée comme repréentant un danger, un ennemi ... est-ce voulu ?




LEMONDE.FR avec AFP - 29.05.08
Trois jeunes blessés par balles par des policiers qui n'étaient pas en service

Trois jeunes gens ont été blessés par balles par des policiers qui n'étaient pas en service dans la nuit du mercredi 28 au jeudi 29 mai dans le 10e arrondissement de Paris. Les circonstances de ce drame sont encore floues.

Selon les premiers éléments de l'enquête, les deux policiers en poste au service régional des transports, chargé de la sécurité dans les transports en commun en région parisienne et dépendant de la préfecture de police de Paris, auraient "bu plus que de raison" dans un bar situé boulevard de Strasbourg, selon une source policière. En sortant, ils croisent alors un groupe de jeunes gens. Selon la radio RTL, il s'agirait de quatre personnes "agitées", originaires de Bagneux et connues des services de police.

"SUSPENDUS À TITRE CONSERVATOIRE"

Dans des conditions encore mal définies, "au moins" l'un des deux policiers fait usage de son arme de service et blesse trois des jeunes gens. L'un d'eux, touché "dans la région du dos", a été hospitalisé dans un état jugé "sérieux". On ignorait si les deux autres personnes, – blessé pour l'un aux chevilles, pour l'autre sans doute au bas du dos –, étaient encore hospitalisés mais leur état inspirait "moins d'inquiétudes". Un des policiers a également été blessé. Selon RTL, il aurait été "ceinturé par un groupe de jeunes du quartier qu passait à proximité". Cette information n'a cependant pas été confirmée de source policière.

Tous ont été placés en garde à vue. L'Inspection générale des services et la deuxième division de police judiciaire ont été saisies de l'enquête et le préfet de police a ouvert une enquête administrative. L'enquête devait "s'attacher à vérifier si le second policier a tiré des coups de feu également", a fait valoir la source policière. Les deux policiers, eux, "ont été suspendus à titre conservatoire dans l'attente des conclusions et des résultats de l'enquête", a indiqué le ministère de l'intérieur. Cette mesure ne constitue pas une mesure disciplinaire. A la préfecture de police de Paris, on se contente d'indiquer que "deux fonctionnaires hors service ont été impliqués cette nuit [nuit du mercredi 28 au jeudi 29] dans une altercation sur la voie publique, au cours de laquelle auraient eu lieu des tirs d'armes administratives".


COMMENTAIRES DES LECTEURS


Loin d'ici
29.05.08 | 23h00
Ils n'arrêtent pas d'être des policiers s'ils ne sont pas en service. Mais ils sont également tenus de respecter la loi, au moins autant que de l'appliquer: par conséquent l'enquête doit suivre son cours.

Eric W.
29.05.08 | 22h52
Il y a des pays très civilisés et voisins de nous où les policiers laissent leur arme au commissariat. Ce vieux reste de la police napoléonienne est indigne d'un pays comme le nôtre.

AO
29.05.08 | 22h00
Où en est l'enquête, l'investigation journalistique ? Vous vous contentez des sources officielles (discours de la préfecture, etc.). Un peu facile...

Selon que vous serez ...
29.05.08 | 21h26
Si je me promène avec une arme à feu, je commets une infraction. Pourquoi n'en est-il pas de même avec les policiers quand ils ne sont pas en service ???

fee-carabosse
29.05.08 | 21h23
Imaginons l'inverse : deux jeunes gens ayant "bu plus que de raison" tirent sur des policiers. Ce serait un drame national qui ferait la une des journaux. Deux policiers ayant "bu plus que de raison" tirent sur des jeunes gens : ils ont "été impliqués". Et ils ont des excuses : les jeunes gens seraient "connus des services de police". Je propose qu'on les décore pour avoir, par leur sens aigu de l'anticipation, évité la possibilité d'un éventuel soupçon d'hypothétique délit ultérieur. Non ???

Medline
29.05.08 | 21h20
Je n'ai jamais vu aussi peu d'information pour un sujet aussi grave. Soit la propagande est en train de vous pondre un beau scénario... Soit la propagande est en train de vous pondre un bon scénario. C'est la seule information que vous retrouverez bientôt sur tous vos journaux.

Commenter cet article

charlotte357 03/06/2008 16:03

Resalut les filles.OUIlle-ouille-ouille, ça barde ! Je comprend, qestion délicate ! Non Cib, personne ne dit que tous les flics sont pourris, mais les agissements de qulques-uns jettent la suspition sur toutes les forces de l'ordre, depuis Sarko, ministre de l'intérieur, les policiers ont tous les droits et sont couverts et par la hiérarchie et par le gouvernement, il faut bien se rendre à l'évidence il y a de + en+ de cow-boys, surtout ches les forces d'intervention, on le voit surtout dans les manifs et là je rejoins Béné. Nous en avons longuement discuté dimanche. Sans rancune et "Tous ensemble" Bibises

benedicte 06/06/2008 12:30


Ce n'est pas tout le monde, mais les dérives d'abus de pouvoir sont favorisées (voire encouragées) dans tous les secteurs, mais forcément concernant la police ça pose des problèmes plus importants
que dans d'autres secteurs ... mais tout petit fonctionnaire peut actuellement en faire autant créant un monde à la Kafka ou Brazil. C'est une sorte de toile d'araignée qui se tisse
progressivement, plus elle est étendue, plus en sortir nécessitera de conflits durs ! Je suis peu optimiste sur les temps à venir ... Bises


ciboulette 30/05/2008 10:28

Désolée mais les policiers et gendarmes ne doivent pas devenir de la bidoche pour charognards ! Les français sont en train de faire un caca nerveux parce que leur petit confort est saccagé. Il faut savoir que si nous sommes dans la merde, c'est parce que nous nous y sommes mis !!! Nous avons toujours eu notre libre-arbitre mais nous avons laissé faire parce que nous n'étions pas touchés !Cela a tout à fait à voir avec les gendarmes et les policiers. Un gendarme a commis une faute, les gendarmes ne sont pas tous des pourris. Ou alors nous citoyens de France sommes tous pourris vu que certains d'entre nous tuent des petits vieux pour leur piquer 1600 euros !Les policiers sont complètement traumatisé à force de nager dans la merde qu'on leur offre, nous les citoyens bien propres sur nous qui nous permettons de les critiquer. Vivons seulement une journée la vie d'un policier ! Pour l'avoir fait, je peux vous dire que j'ai eu plusieurs fois l'occasion de vomir ! Ils sont au plus près de la connerie, de la déchéance, de la cupidité humaine.  

benedicte 30/05/2008 12:43


Calme-toi Cib, pas plus question que je tape sur les policiers que les pêcheurs, etc ... les seuls sur lesquels je tape vraiment c'est ceux qui détiennent le pouvoir et orchestrent cette m**** dans
laquelle on est, et globalement c'est l'égoisme, lâcheté et/ou bêtise générale qui le permet et qui est homogénement répandue, hélas, dans l'humanité.
Quand je dis est-ce voulu ? je parle du gouvernement. Etant donné la politique sécuritaire et la criminalisation des mouvements sociaux, il est tout à fait possible, qu'ils cherchent à augmenter le
clivage entre la police et la population, pour en faire une armée de répression intérieure.
Noramlement dans une démocratie, tu devrais pouvoir faire confiance en ta police, te tourner vers elle pour avoir du secours. Si tu laisses la minorité déviante commettre, ce qui aurait été avant
appelé des bavures, et que tu ne la sanctionnes pas, dont c'est toute la police à ce moment-là qui devient suspecte aux yeux de la population. Aux USA, les gens, même quand ils n'ont rien à se
reprocher, ils balisent lorsqu'ils se font arrêter par des flics sur la route !
Donc la police qui se sent déjà mal aimée, alors que je suis d'accord la grande majorité, font ce qu'ils peuvent dans des conditions déplorables, alors qu'ils sont en permanence au contact de la
misére humaine, va l'être de plus en plus. Donc on alimente la suspicion et la crainte de la police par une partie de la population d'un côté et le sentiment d'être jugé et rejeté à tort des
policiers en général de l'autre côté ... et je pense que c'est peut-être volontaire.
Parce que pour rétablir le climat de confiance, il faut que les éléments déviants, soient jugés et sévérement pour l'abus de pouvoir ou l'irreponsabilité, etc ... parce que ces personnes sont
armées et sont censées être du côté de la loi et de la justice, pas des cow-boys tirant sur tout ce qui bouge et se considérant au-dessus des lois. Si c'était fait, pas de souci, la majorité peut
admettre qu'il y ait des personnes dans la police comme ailleurs qui ne sont pas à leur place, mais à condition que leurs agissements ne soient pas couverts et soient sanctionnés, parce que c'est
un secteur particulièrement sensible, dans la tranparence et un souci de justice. Ce qui permettra également, de dédouaner sans que subsiste de doute, les policiers qui ont utilisé leur arme
légitimement ou qu'un accident toujours possible, l'erreur est humaine, soit traité comme un accident et rien de plus.
Parce que lors des manifestations lycéennes, les abus de pouvoir de la part de policiers se sont multipliés, sans compter qu'on a fait charger un blocus pacifique par une brigade de choc avec gaz
et flash-ball, les comportements de cow-boys se multiplient aussi, ... je pense qu'il y a un sentiment d'impunité qui permet de se lâcher à certains parce qu'ils sont en position de pouvoir et
c'est dangereux. Et le fait que les policiers en général, se sentiront de plus en plus mal perçus, attaqués, vont avoir tendance à leur faire faire corps contre la population et à couvrir les leurs
quelques soient ce qu'ils ont fait ... on assiste au même problème chez les enseignants qui est une profession attaquée.
C'est très dangereux, concernant la police, dans l'optique où le gouvernement cherche à transformer celle-ci en police de répression à son service, et dans l'enseignement ce n'est pas mieux, parce
que ça équivaut à enseigner aux enfants non le respect de l'autre, mais l'abus de pouvoir et la soumission à l'autorité ! Dans les deux cas c'est la notion même de justice qui cesse d'exister.
On est là également dans le diviser pour régner mais de façon plus vicieuse, et en fait ces replis corporatistes affectent tous les secteurs, mais sont plus dangereux dans certains que dans d'autre
! C'est humain, à force d'être attaqué globalement injustement, on refuse d'admettre ses erreurs, mais du coup c'est la porte ouverte à toutes les dérives, parce que des pervers et des tordus il y
en a dans tous les secteurs, et c'est un permis de nuire qui leur est accordé. Les policiers comme les enseignants perdront tout crédit à défendre ce qui est indéfendable, et lorsqu'ils auront
raison ou seront dans leurs droits, ils resteront soupçonnés d'avoir tort. On crée un climat de suspicion généralisée dans ces domaines également et de multiplication des conflits !
Ce que vivent une partie des policiers je suis au courant, et le nombre de suicides et de dépressions dans cette profession est élevé. Et il y a le même problème que chez les enseignants qui est
d'envoyer des jeunes à peine formé (et pas forcément tous bien recrutés et formés) dans les pires secteurs ce qui les cassent ou les rend parano d'entrée. Mais ça ne justifie pas de laisser des
personnes dans ces secteurs se croirent au-dessus des lois parce que ceux-là ils n'ont pas d'état-dâme et c'est pas eux qui risquent le suicide ou la dépression, et qu'ils jettent l'opprobe sur
tous ceux qui se débattent pour faire du mieux possible avec les moyens qu'ils ont. Grosses bises
Grosses bises.