NON C'EST NON, Petit manuel d'autodéfense ... à l'attention de toutes les femmes

Publié le par benedicte


NON C'EST NON, Petit manuel d'autodéfense ... à l'attention de toutes les femmes


Information à faire circuler, le livre est en lyber, et peut donc être lu gratuitement si vous n'avez pas les moyens de l'acheter.

Autodéfense ne doit pas être entendu exclusivement sur le plan physique. Ce livre est à lire par toutes les femmes quel que soit leur âge, y compris les plus jeunes filles. Son intérêt est également dans son approche : permettre de prendre conscience, et apprendre à sortir, des conditionnements aux stérotypes féminins véhiculés la société, auxquels les femmes sont soumises depuis leur plus jeune âge, qui amènent la majorité d'entre elles à se vivre comme étant impuissantes face aux violences et agressions machistes perpétrées envers elles dans une société qui reste malgré tout assez complaisante, envers les violences perpétrées par les hommes envers les femmes.

Je suis contente d'être tombée par hasard sur ce livre ce week-end, parce que même s'il n'aborde pas l'ensemble de la problématique de ces stéréotypes féminins/masculins sans fondements, mais qui ont la vie dure, il en aborde déjà une partie du côté féminin, ce qui va dans le bon sens.

Cette prise de conscience concernant ces stéréotypes, ne doit pas se faire que du côté des femmes, mais de celui des hommes également, afin que hommes et femmes évoluent ensemble. Sortir de ces stéréotypes, s'en libérer, nécessite d'en comprendre la construction socio-culturelle, les conditionnement auxquels sont soumis les enfants depuis leur plus jeune âge, les images véhiculées, etc...

Le machisme doit être vu pour ce qu'il est, un racisme envers les femmes, un totalitarisme visant à les asservir, une oppression d'un partie de l'humanité par une autre, de fait tout aussi injuste et inacceptable que les autres, voire plus encore puisque déniant à plus de la moité de l'humanité (et oui les femmes sont un petit peu plus nombreuses), le statut d'être humain à part entière.

La construction de la démocratie est de ce fait intimement liée à la réappropriation des femmes de l'intégralité de leurs droits humains. Il est nécessaire qu'elles le comprennent, mais que les hommes le comprennent aussi. La démocratie est comme les anges, elle n'a pas de sexe !



 

Irene Zeilinger


NON C’EST NON

Petit manuel d’autodéfense à l’usage de toutes les femmes qui en ont marre de se faire emmerder sans rien dire.

Editions Zones  La Découverte
parution le 13 mars 2008 en librairie 13 €

 

L'auteure Irene Zeilinger, sociologue et formatrice d'auto-défense pour femmes, a travaillé avec plus de 3 000 femmes depuis 15 ans, dans différents pays dont la France, la Belgique et le Luxembourg.

Vous pouvez contacter Irene Zeilinger sur le site de son association "Garance", qui propose des cours d’autodéfense pour femmes en Belgique, en France et ailleurs.
A télécharger sur le site en pdf :
Échappez belle - le guide pratique de la sécurité pour femmes


Présentation :

En tant que femmes nous sommes tous les jours les cibles d'interpellations, de harcèlement, d'agressions verbales, physiques ou sexuelles plus ou moins graves, plus ou moins violentes, à degrés divers, au travail, dans l'espace public et privé. Souvent nous ne savons comment réagir, comment dire non, et comment faire comprendre que, lorsque nous disons non, c'est non.

L'autodéfense pour femmes - qui n'a rien à voir avec du kung-fu -, ce sont tous les petites et grands moyens de se sentir fortes, plus sûres de soi et plus aptes à se protéger et à se défendre dans touts les situations de la vie quotidienne, que ce soit au niveau mental, émotionnel, verbal ou, en dernier recours, physique.

Comment reconnaître et prévenir une situation d'agression ? Comment réagir efficacement, savoir se protéger et éviter la violence ? 

Ce guide pratique propose une série d'astuces simples et faciles pour poser efficacement ses limites et se sortir de situations difficiles : identifier le type d'agression et la psychologie de l'agresseur, utiliser et gérer ses émotions, prévenir la violence par la défense verbale et la désescalade du conflit, mobiliser des tactiques de diversion et de fuite, faire jouer la solidarité, savoir où frapper pour faire mal...

Contre tous les stéréotypes qui interdisent habituellement aux femmes de prendre leur sécurité en main, il faut apprendre à dire non et oser se défendre.

 

Article du Nouvel Observateur

« S'inspirant des formes de résistance élaborées par les mouvements féministes des années 1970, Irène Zelinger, sociologue et professeur d'autodéfense a compilé dans ce manuel des conseils qu'elle prodigue depuis quinze ans  à des centaines de femmes et de jeunes filles, en Europe et en Amérique latine. Il ne s'agit pas d'un manifeste, mais plutôt d'un recueil de recettes à appliquer en réponse aux petites ou grandes manifestations de machisme. Un livre utile. En France, 1,5 millions de femmes subissent chaque année des violences physiques graves. Sur le ton du coach, l'auteur explique comment neutraliser son agresseur, en visant ses points les plus vulnérables: oreilles, larynx, plexus solaire, etc. Mais, bien avant d'en venir aux mains, elle conseille de déstabiliser l'adversaire par la parole et le contrôle de ses émotions. Le maître mot est la confiance en soi. En cela, ce "Petit Manuel" pourrait être utile aux hommes autant qu'aux femmes, et s'adresse surtout aux êtres humains en situation d'interaction. Un livre à garder dans son sac, plus efficace qu'une bombe lacrymogène. »




Lyber Zones
Vous avez gratuitement accès au contenu des livres publiés par Zones (voir la 
politique éditoriale de « Zones » ). Nous espérons que ces lybers vous donneront envie d’acheter nos livres, disponibles dans toutes les bonnes librairies. Car c’est la vente de livres qui permet de rémunérer l’auteur, l’éditeur et le libraire, et… de vous proposer de nouveaux lybers… et de nouveaux livres.
Pour plus d’information sur le sens de cette démarche, lire le texte de Michel Valensi, directeur des éditions de l’Eclat, qui en a été l’initiateur en France : « Petit traité plié en dix sur le Lyber ».



Le lyber : Irene Zeilinger NON C’EST NON  

Petit manuel d’autodéfense à l’usage de toutes les femmes qui en ont marre de se faire emmerder sans rien dire.

Pour Anne,
car c’est elle que je voudrais avoir à mes côtés si je dois affronter un danger.

 

AVANT-PROPOS

Permettez-moi de me présenter : je suis formatrice d’autodéfense pour femmes depuis maintenant près de quinze ans. J’ai travaillé avec de très nombreux groupes de femmes et de filles un peu partout en Europe et en Amérique latine.

Comme beaucoup de femmes, j’ai conscience du risque d’être un jour confrontée à la violence. Plutôt que rester démunie, j’ai voulu chercher les meilleurs moyens de me protéger et, si nécessaire, de me défendre. Aujourd’hui, je voudrais vous transmettre ce que j’ai appris. Je voudrais vous montrer comment vous respecter vous-même et comment vous faire respecter tout en respectant les autres. La violence n’est pas une fatalité : nous pouvons toutes agir pour notre sécurité.

Si je me suis mise à écrire, c’est parce que je ne trouvais pas en librairie de manuel d’autodéfense à recommander aux femmes qui suivent mes cours, à mes amies ou aux femmes de ma famille. Ce livre manquait, le voilà.

Mais ce n’est pas seulement la pénurie de bons livres en autodéfense qui m’a motivée à coucher mes expériences sur le papier. Je le fais aussi parce qu’il nous faut des modèles, des images positives, des idées qui soulagent nos angoisses. Il nous faut du courage pour nous donner la permission de faire ce qui est nécessaire pour prendre notre vie en main. Tant que les femmes penseront que se défendre signifie être agressive, irrespectueuse, immorale, égoïste ou masculine, elles auront des difficultés à se donner cette permission.

Si vous avez ouvert ce livre, c’est sans doute parce que vous voudriez savoir quoi et comment faire face à la violence. L’autodéfense pour femmes recouvre tous les petits et grands moyens qui rendent la vie plus sûre, et cela aux niveaux mental, émotionnel, verbal et, en dernier recours, physique. Il s’agit, autrement dit, d’une approche globale à la prévention des violences faites aux femmes. Vous trouverez ici des conseils qui vous permettront – je l’espère – de vous sentir plus forte, plus sûre de vous et plus apte à vous protéger et à vous défendre dans toutes les situations de la vie quotidienne.

Rassurez-vous, après avoir lu ce livre, vous ne verrez pas des dangers partout, vous ne serez pas devenue paranoïaque. Au contraire, savoir comment vous protéger et vous défendre contre différents types d’agressions devrait plutôt accroître votre confiance en vous. Une plus grande confiance en soi, cela donne plus de choix, davantage d’autonomie et cela fait reculer le sentiment d’insécurité.

Sachez cependant que ces pages ne peuvent pas se substituer à un vrai stage d’autodéfense en chair et en os. Il est en effet impossible de donner l’équivalent par écrit. En situation, on apprend plus et mieux, et puis il y a l’échange et le partage avec les autres participantes, le soutien qu’on y reçoit, la complicité, l’humour et les rires.

Ne vous attendez pas non plus à ce que vous sachiez, après la lecture de ce livre, affronter toutes les situations possibles sans aucun risque pour votre intégrité. Vous y recevrez néanmoins des informations qui peuvent sauver votre vie, des invitations à réfléchir, à mettre en question les vieilles habitudes et adopter des comportements nouveaux.

Le contenu de ce livre est le résultat de quinze ans de travail dans le domaine de la prévention des violences faites aux femmes et aux filles. Mais ce n’est pas pour autant que je détiens la vérité. Mettre en question mes affirmations et suggestions, trouver votre approche personnelle à l’autodéfense – vous ne pourriez pas faire mieux. En fin de compte, c’est vous qui vivez votre vie, et qui devez décider comment la vivre, quels conseils accepter et quelles stratégies adopter. Ne faites pas trop confiance aux expert/e/s, même quand c’est moi.

Si j’étais une lectrice, je voudrais des conseils concrets sur la façon d’agir, une manière de penser qui a à voir avec ce qui se passe dans ma vie ; je ne voudrais pas que l’on m’impose des règles fixes ou des interdits, mais plutôt que l’on me fasse des propositions et que l’on me donne le choix. J’estime que nous sommes entre adultes et que je peux vous faire des propositions que vous êtes libre de prendre ou de laisser, ou encore d’arranger à votre sauce.

Encore quelques remarques par rapport au langage que j’ai choisi dans ce livre. Tout d’abord, j’écris comme je parle dans mes stages, c’est ce que je sais faire de mieux. Je ne m’excuse pas non plus pour le fait que ce livre s’adresse aux femmes. C’est en vivant comme femme, en travaillant et discutant avec des femmes que j’ai pu développer le savoir que ce livre vous présente.

Expliquer comment se défendre contre quelqu’un implique qu’il y a un autre contre qui l’on doit se protéger. Je parlerai donc d’un agresseur, à la forme masculine, parce que la plupart des agressions faites aux femmes leur sont faites par des hommes. Je ne veux pas par cela sous-entendre que tous les hommes seraient des agresseurs potentiels.

De même, si je parle dans les pages suivantes de « victimes », il ne s’agit en aucune manière de personnes passives qui seraient irrémédiablement livrées à leur destin. Devenir victime, ce n’est pas la même chose que devenir aveugle, par exemple. Ce n’est pas un état irréversible, et avoir été victime dans une situation ou à un certain moment de ma vie ne veut pas dire que je dois le rester pour le restant de mes jours. J’utilise le terme victime au sens où ces personnes ne sont pas responsables de la violence qui leur est ou leur a été faite, au sens où elles n’ont pas choisi d’être victimes et où elles n’étaient pas non plus nées pour l’être. Les victimes, comme je l’entends, sont des personnes qui se trouvent confrontées à une réalité souvent brutale et qui font de leur mieux pour s’en sortir et survivre.

Je propose des stratégies et des instruments de défense dont je pense qu’ils ont le plus de chances d’aboutir, et je déconseille des outils que je trouve risqués. Ceci ne veut pas dire qu’il y a une « bonne » et une « mauvaise » manière de se défendre. Personne parmi nous ne sait d’avance ce qu’elle ferait dans une situation où sa vie est en danger. Tout ce qu’une femme fait dans une telle situation, tout ce qui sauve sa vie est bon – même si cela me contredit. Parce que vous le valez bien, et parce que nous avons toutes le droit à plus que juste survivre ou à vivre éternellement la peur au ventre.

Sommaire
1. Se défendre, c'est se protéger (et vice versa)
2. Connaître l'ennemi
3. L'autodéfense mentale
4. L'autodéfense émotionnelle
5. L'autodéfense verbale
6. L'autodéfense physique
7. Après une agression
8. Comment choisir un cours d'autodéfense ?

Accès au lyber : Irene Zeilinger NON C’EST NON 

 

Publié dans Réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mycr 15/04/2008 02:13

Merci beaucoup pour l'info. 

benedicte 15/04/2008 04:40


Au moins c'était une info que je communicais avec plaisir, parce que la majorité des autres ce sont plutôt des alertes ou mauvaises nouvelles ...