Motion de censure et Afghanistan : victoire des partisans d'une nouvelle guerre mondiale ?

Publié le par benedicte

Motion de censure et Afghanistan : vive des partisans d'une nouvelle guerre mondiale ?


Je n'ai pas eu le temps de faire des recherches pour trouvers des articles et textes expliquant la réalité de la situation en Afghanistan. A "Ce soir ou jamais" de Frédéric Taddéi, la situation en Afghanistan avait l'objet d'un intéressant débat il y a quelques jours, les politiciens et tenants de la pensée unique n'ayant pas été invité, on avait évité les trucs simplistes, binaires et crétins à la Coppé : si vous êtes contre l'envoi des soldats en Afghanistan, c'est que vous êtes pour la lapidation des femmes.


Je ne soutiens aucun obscurantisme, quel qu'il soit, et justement, je ne soutiens pas non plus celui prôné par  l'Occident, qui utilise la guerre pour dominer et asservir par la violence et la destruction d'autres peuples, et qui ont mis la population afghane dans une situation pire que celle prévalant à l'époque des talibans, comme celle de la population irakienne est pire que du temps de Saddam Hussein. Dire ceci, n'a pas pour objet de prendre la défense des régimes précités, mais de dénoncer le dicours mensonger prétendant que ces guerres sont faites pour la population et servir les droits de l'homme, alors ces guerres sont faites contre la population et violent leurs droits, pour servir les intérêts d'une poignée de grands malades.
La situation des femmes dans ces deux pays est bien plus dramatique maintenant, qu'auparavant, elles sont, avec leurs enfants, les première victimes ... justement parce que ce sont des pays, où culturellement elles sont opprimées, n'étant pas considérée comme des êtres humains à part entière.
Il y avait des règles régissant ce statut. Je suis bien évidemment contre la lapidation des femmes et de qui que ce soit d'ailleurs, mais même sous les talibans, on ne pouvait pas lapider à tour de bras, il fallait entrer dans le cadre prévu par les lois ... actuellement, il n'y a même plus ce cadre, un non-droit généralisé s'est instauré, et un homme peut tuer une femme sans avoir à justifier de quoi que soit, sans pouvoir être inquiété, il suffit que ça lui passe par la tête ... La vie d'une femme qui n'avait déjà peu valeur de part la culture afghane, dans l'afghanistan actuel, n'en a plus aucune ... et les exactions et violences commises à leur encontre se multiplient en toute impunité !
Alors que Mr Coppé, s'abstiennent de parler des femmes afghanes, ces propos sont indécents, l'armée d'occupation que nous allons renforcer se moque éperduement de la vie de ces femmes. Et compte-tenu de la réalité que vivent ces femmes, tenir ce type de propos est indécent, voire obscène. (voir article de l'AFP à la fin)

Ce sont des guerres coloniales ou impérialistes, comme vous voulez, des guerres sales et crasseuses. De toute façon, prétendre une guerre propre relève de la perversion mentale. Seule la résistance à une occupation étrangère ou à un gouvernement totalitaire sont justifiables, relevant de la légitime défense ... pour tout le reste aucune justification n'est recevable.

Pour en revenir à l'Afghanistan, oubliez Al-Qaida, ceux qui s'en réclament, et qui n'étaient qu'une poignée, ont quitté le pays, depuis longtemps. Ce qu'on appelle les talibans actuellement, ne sont pas ceux d'avant, qui rappelons le tout de même, ont été entraînés, formés, financés, armés et soutenus par les Etats-Unis et la CIA, pour faire tomber le régime pro-soviétique de Kaboul, dans la guerre, par autres peuples interposés que se livraient l'est et l'ouest. Il faudra revenir sur le 11 septembre, et la monstrueuse supercherie qu'il représente, qui a permis (et c'était le but) aux Etats-Unis de justifier l'invasion de l'Afghanistan et la guerre menée là-bas.
Pourquoi ? Là, il y a surement des tas de raisons simultanées. Le poids de la Chine et de l'Inde croissant en asie, de part leur développent économique, ça entre également dans la stratégie du Choc des civilisations, une économie de guerre est très profitable économiquement et permet l'instauration de régimes totalitaires sous-couvert de sureté nationale, etc... On peut le rapprocher, de toutes ces subites manifestations anti-chinoises, cautionnées par l'occident, sous couvert de soutien au peuple tibétain. Les jeux de pouvoir, sont automatiquement des jeux de guerre, et quelque soit les justifications avancées, bafouent et piétinent les droits de l'homme partout dans le monde.

L'Afghanistan est composé de nombreuses ethnies, la principale représentant la moitié de la population sont les pachtouns, les talibans sont issus de cette ethnie. Actuellement, il s'agit de la résistance de cette ethnie à un gouvernement issu d'une ethnie minoritaire, soutenu par l'étranger, ce qui était le cas du le régime pro-soviétique et l'est également du régime pro-américain ... diviser pour régner. Dans toutes les politiques colonialistes, le pouvoir a toujours été donné à une ethnie minoritaire, excluant des décisions du pays, la majorité de la population, et ne pouvant de ce fait se maintenir au pouvoir que grâce à l'appui de la puissance étrangère lui ayant permis d'y accèder. Les pachtouns n'ont rien à voir avec Al-Qaida, rien à voir avec un quelconque terrorisme international, ils sont totalement exclus du gouvernement alors qu'ils sont majoritaires, ... et à moins d'exterminer donc la moitié de la population afghane, cette guerre sera sans fin. De ce fait le rapprochement avec le Viet-nam est tout à fait pertinent, c'est une guerre menée contre le peuple afghan, et elle ne sera jamais gagnée.

Par contre bien que n'ayant aucun lien avec la lutte contre le terrorisme, l'occupation meurtrière en Afghanistan, comme en Irak, contribue à développer un sentiment anti-occident légitime dans le monde arabo-musulman, avec le risque que nous devenions des cibles d'attentats de terroristes qui utiliseront ces situations pour justifier leurs actes, alors même qu'ils n'ont aucun lien avec ces pays et se moquent de leur sort. Ce qui peut-être un des objectifs recherchés, par certains des malades qui nous gouvernent, pouvoir étendre la guerre à d'autres partie du monde, en utilisant ces attentats pour les justifier, engendrer une spirale d'escalade ne pouvant déboucher que sur une généralisation de la guerre. Emboîter le pas aux Etats-unis va à l'encontre non seulement de l'intérêt et droits des peuples de nos pays, mais de ceux de tous les peuples ...
Il est à noter qu'aucun moyen et aucune action depuis 2001 n'a été menée en Afghanistan pour permettre le développement de l'éducation, de l'économie, etc... le pays a été laissé à l'abandon, la misère, les conditions de vie ont empirées, et en-dehors de Kaboul, le pays est une vaste zone de non-droit. Le seul soutien à la population vient de quelques ONG. Pour les afghans, cette intervention militaire a amené le chaos, et ce chaos est maintenu par une armée d'occupation étrangère, de ce fait le ressentiment et le rejet ne peut que croître au sein de la population, qui aboutira à un soutien croissant à l'opposition armée pachtoune, qui finira par être vue comme une armée de libération repoussant les envahisseurs.

Je vais revenir sur le droit des femmes. La situation des femmes ne pourra s'améliorer que par l'éducation, car ce sont des traditions séculaires qui l'oppriment, le régime des talibans ne les a pas instauré, elles sont bien antérieures à lui. Je répète actuellement dans cet état de chaos, la situation des femmes a empiré, et mettre en place des politiques de scolarisation et éducatives ne pourra se faire que si la paix règne. Faire évoluer les mentalités est difficile, ce qui caractérise l'être humain c'est de fonctionner par répétition mécanique du passé et une résistance obstinée à se poser des questions quand aux fondements de ceux-ci. Et c'est vrai pour tous les êtres humains, nous y compris. Puisque je parle des femmes, il n'y a qu'à voir chez nous cette résurgence d'un machisme crasse, relooké pseudo-intellectuel ayant pour nom "masculinisme", qu'elle sont minoritaires dans les sphères de décision, que leurs salaires sont inférieurs, que les violences à leur encontre, parce que femmes, restent élevées pour comprendre que les afghanes ne sortirons pas de l'enfermement séculaire dans lequel elles sont, uniquement parce qu'on aura légiféré. En Chine,  les femmes restent culturellement inférieures et des petites filles sont tuées à  la naissance, considérées comme sans valeur parce que de sexe féminin ... et ce n'est pas la faute du gouvernement, puisqu'interdit par la loi.

Pour en revenir à la situation politique en Afghanistan, comme
s’interroge, à juste titre, Eric Margolis,  spécialiste américain de la problèmatique afghane : « Si 160 000 soviétiques et 240 000 soldats afghans n’ont pas réussi à vaincre les Pachtounes en dix ans, comment les 50 000 soldats de l’OTAN et des USA pourraient-ils faire mieux ? »
Citation tirée de son interview, avec vidéos parue dans Rue89 "En Afghanistan, il faut négocier avec les talibans" (reproduit également ci-dessous)


Quand à la réintégration de l'OTAN, je ne me suis pas penchée sur la question, je l'avoue, mais quitte à me faire taxer d'anti-américanisme primaire, tant que les américains en détiendront les rênes, et ne chercheront que la guerre, rongés par une avidité d'asservissement et domination destructrices des autres peuples, quitte à plonger la planète entière dans le chaos, j'estime non nécessaire d'examiner la question, car entrer dans l'OTAN aménera de fait à cautionner et participer à cette démence. Il me paraît comme nécessaire, que la France, mais surtout l'Europe soient indépendantes des Etat-unis politiquement concernant l'utilisation de ses forces militaires.


Un article à lire concernant




 "En Afghanistan, il faut négocier avec les talibans"
  Par Pascal Riché  06/04/2008 


Eric Margolis, spécialiste de la région, estime que la guerre ne peut être gagnée, et conseille d'associer au pouvoir les Pachtouns.

L'Américain Eric Margolis, chroniqueur pour le Toronto Sun, est l'un des experts les plus réputés de l'Afghanistan. Il a publié un livre sur les guerres en Afghanistan, au Cachemire et au Tibet, qui fait référence.

Il se définit politiquement comme un "républicain tendance Eisenhower", mais sa vision du monde est assez radicalement différente de celle des néo-conservateurs américains qui ont conseillé Bush. Son empathie pour le monde musulman tranche avec le discours dominant.

De passage en France, il nous a rendu visite. Il connaît l'Afghanistan depuis longtemps: il avait couvert la guerre des moudjahedins contre l'occupant russe, dans les années 1980. A l'époque, les Soviétiques avaient déployé 160 000 hommes, et face à une communauté pachtoune déterminée, ils n'avaient pas réussi à contrôler le pays, malgré des appuis pro-communistes importants.

"Il ne peut y avoir de solution militaire"

Selon Margolis, les pays occidentaux et leurs 70 000 hommes ne pourront pas davantage gagner la guerre actuelle. "Il ne peut y avoir de solution militaire", juge-t-il. Il faut donc selon lui sortir du piège en donnant aux Pachtouns une représentation politique, et même en ouvrant une négociation avec les ennemis, les talibans. (Voir la vidéo.)

Selon Margolis, la poursuite de cette guerre est une terrible erreur. Que faire? Selon Eric Margolis, la clef est en Europe, et plus précisément en France, "la mieux placée pour engager le processus diplomatique". (Voir la vidéo.)

Mais Nicolas Sarkozy ne semble pas du tout avoir pris le chemin proposé par Margolis: il vient d'annoncer l'envoi de 700 soldats supplémentaires en Afghanistan, alors qu'il avait déclaré pendant la campagne qu'il examinerait l'hypothèse d'un retrait des troupes françaises.



Eric Margolis et l'Afghanistan: il faut négocier 01  envoyé par rue89

Eric Margolis et l'Afghanistan: il faut négocier 02  envoyé par rue89



 

François Bayrou n'a pas voté la motion de censure et se déclare POUR l'envoi de troupes en Afghanistan, il a donc choisi son camp celui des va-t'en guerre.

Depuis dimanche il cherchait visiblement comment justifier son refus de voter cette motion de censure, tout en essayant de masquer son soutien à la politique du gouvernement ... ce  qui a donné lieu à des déclaration confuses et manquant totalement de lisibilité.
Visiblement il continue dans cette voie du "flou" (comme dirait Cib !) pensant probablement pouvoir jouer sur les 2 tableaux, et ramasser la mise à la fois des déçus du Sarkozisme et des déçus du socialisme, stratégie perdante à mon avis que celle du centre mou,  je ne suis pas avec lui, mais pas avec les autres non plus, sans afficher clairement ses opinions et un projet alternatif ... c'est à l'image de la marionnette des guignols ! ...

 




En tout cas l'AFP ne l'a pas loupé question photo lors du vote de cette motion !

(Photo AFP : Le président du MoDem François Bayrou pendant le débat sur la motion de censure, le 8 avril 2008 à l'Assemblée Nationale
©AFP - Patrick Kovarik)

 


 

Les atermoiements de F.Bayrou vus par Bibifa avant le vote de cette motion
 Motion de censure 8 avril 2008

Dans son intervention au cours de l'émission le Grand rendez-vous Europe1-TV5-Le Parisien, F.Bayrou estime que la motion de censure déposée par le PS (mise en débat demain mardi) est un "fourre-tout". "Sur la politique économique et sociale, il s'agit de dire grosso modo qu'il ne faut pas faire d'économies, et je suis en désaccord avec cela".
Je l'invite à relire attentivement le texte de cette motion
. Pour ma part je ne vois pas à quel moment dans ce texte, il est écrit qu'il ne faut pas faire d'économie.

Que le premier paragraphe soit orienté vers une interprétation du vote des Français lors des élections municipales, n'est pas contestable néanmoins, tout le reste de la motion est consacré à l'argumentation et aux trois points sur lesquels elle porte.

Il n'y est question que, et uniquement que, de la politique Française en Afghanistan et de la perte d'indépendance de la France vis à vis de l'OTAN.
Ce me semble, c'est exactement sur ce point que F.Bayrou dit être en désaccord avec le gouvernement.

Soit la notion de « fourre tout », pour F.Bayrou, est on ne peu plus floue et une lecture attentive (en dehors de tout esprit partisan) de la motion est indispensable avant de voter.
Soit F.Bayrou cherche une échappatoire pour anticiper une explication à son vote contre la motion de censure. Auquel cas, il perdra certainement de sa crédibilité auprès de ses électeurs, ( ... )


Les justifications de son refus de voter cette motion dans le Monde

L'Assemblée rejette la motion de censure déposée par l'opposition
LEMONDE.FR avec AFP et Reuters  8 mars 2008

François Bayrou, président du MoDem, n'a pas voté le texte, estimant que "cela aurait été apporter la même réponse à deux questions", Afghanistan et OTAN, qui "méritent des réponses différentes". M. Bayrou a précisé qu'il était d'accord avec un renforcement des troupes françaises en Afghanistan, mais contre une politique "d'alignement" sur les Etats-Unis. A droite, seul le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan a, lui, voté la motion pour "que les Français sachent qu'il y a encore des gaullistes à droite".




Le compte-rendu du vote de cette motion de censure par l'AFP


PARIS (AFP) - Les députés de gauche ont mis en garde mardi contre le risque d'un "enlisement" en Afghanistan et contre "l'alignement" sur les Etats-Unis engagé selon eux par Nicolas Sarkozy, en défendant une motion de censure, la première du quinquennat, qui, sans surprise, a été rejetée.

La motion, défendue au titre de l'article 49-2 de la Constitution sur une initiative du PS, n'a recueilli que 227 voix, loin de la majorité actuellement requise de 288 voix. Toutes les motions de censure déposées depuis 20 ans ont été rejetées.
La gauche a fait le plein des voix. Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan a lui aussi voté la motion pour "que les Français sachent qu'il y a encore des gaullistes à droite", condamnant un alignement sur Washington et l'envoi "de soldats à la boucherie" en Afghanistan.

En revanche, François Bayrou (MoDem), après avoir hésité sur la démarche à adopter, ne s'est pas associé à cette motion, estimant qu'Afghanistan et Otan "méritent des réponses différentes".

Défendant la motion à la tribune, le patron du PS, François Hollande, a exprimé le "double refus" de la gauche au "changement de nature de notre engagement en Afghanistan" et à "l'intégration de la France dans l'Otan".
Applaudi par la gauche, il a alerté contre le risque "d'enlisement" et "d'engrenage" à Kaboul. Quant à l'Otan, "nous allons y perdre en indépendance ce que nous ne gagnerons pas en sécurité", a-t-il lancé.

Plus incisif encore, Noël Mamère (Verts) a affirmé que la "guerre" en Afghanistan n'était "pas gagnable parce que ses méthodes, ses objectifs, son contenu sont entièrement dirigés à partir des orientations de guerre préventive voulues par George Bush".
"On aurait presque envie de dire: MM. Chirac et Villepin, revenez, ils sont devenus fous !", a-t-il lancé au gouvernement et à la majorité.

Fustigeant un "anti-américanisme primaire", François Fillon, lui aussi très applaudi par ses troupes, a longuement -45 minutes- récusé toute dérive atlantiste de la France, accusant à son tour la gauche de ne pas avoir de "plan sérieux" pour l'Afghanistan et de faire preuve de "conservatisme et de repli frileux".
"Qui peut croire un instant que nous mettions le sort de nos forces en Afghanistan en balance avec l'avenir de l'Otan, qui peut croire que les décisions du président s'attachent aux desiderata des Etats-Unis ou de n'importe quelle autre puissance?", a-t-il lancé en s'employant à convaincre son camp, gaullistes et souverainistes surtout, du bien-fondé du virage amorcé par le chef de l'Etat.

En écho, Jean-François Copé (UMP) a lui aussi estimé qu'il ne fallait pas "opposer l'Otan et la défense européenne" mais les rendre "complémentaires".
Saluant la présence militaire en Afghanistan au nom de la "lutte contre le terrorisme", il a dénoncé, sept ans après "l'Union sacrée" de 2001, une opposition "figée dans ses conservatismes" qui "fuit ses responsabilités" et "recule face aux difficultés".
"Préconisez-vous le retour des talibans à Kaboul, avec leur cortège d'horreurs: lapidation, soumission des femmes, bannissement de l'éducation et de la santé, négation de la culture?", a lancé M. Copé, qui n'en a pas moins réclamé "une évaluation régulière des résultats obtenus sur place" par l'Otan.

Se posant en allié inconditionnel sur ce terrain, François Sauvadet (Nouveau Centre) a pleinement approuvé les orientations élyséennes et estimé que les soldats n'avaient "pas besoin de censure mais de soutien".

Publié dans Politique France

Commenter cet article

aliciabx 09/04/2008 23:56

A l'origine, FB était un pacifiste. Toutes les péripéties qu'il a vécues l'ont-ils endurci ?Il y a quelque chose qui ne tourne vraiment pas rond en France.

benedicte 10/04/2008 03:24


Concernant FB, je commence à penser, que ça dépend du vent et de l'âge du capitaine. Le discours ça ne mange pas de pain, c'est une chose, mais dès qu'il s'agit d'inscrire le discours dans les
actes ... là souci, les actes vont à l'encontre du discours tenu : cumul des mandats, traité de Lisbonne et maintenant l'envoi de soldats supplémentaires en Afghanistan. Les justifictions données
sont lamentables. Je le trouve également très silencieux sur la politique anti-sociale et liberticide de Saarkozy.
FB je pense qu'il a fait toute une série de copié-collé de ce que d'autres avaient exprimés comme Sangnier, mais sans même comprendre ce que ça signifiait. FB il est aussi vide et creux que la
seule production dont je sois sûre qu'il soit l'auteur, ces chartes éthique et de valeurs, en guimauve et dépourvues de toute substance !
Je me suis fait avoir, dont acte, mais il aura pas ma voix en 2012, mais d'ici là il se sera complètement coulé.
Mais il y a effectivement quelque chose qui ne tourne pas rond en France, mais si ce n'était qu'en France ne serait pas si grave ! Bises