Montpellier plus : Délégations des élus, Interview d'Hélène Mandroux, Recours en annulation de Jacques Domergues

Publié le par benedicte


Délégations attribuées aux élus, Interview d'Hélène Mandroux et Recours en annulation déposé par Jacques Domergues


Juste un commentaire sur le recours en annulation, ce n'est pas que les élèments évoqués ne sont pas forcément recevables, c'est que ce genre de pratique et d'autres malheureusement sont majoritairement répandues, et quelque soit le parti, pratiquées quand ils détiennent le pouvoir de le faire.

Ce qui est cocasse c'est que la plupart de ceux qui les dénoncent aujourd'hui, le font parce qu'ils n'ont pas été élus, alors qu'une partie d'entre eux, auraient fait de même si les rôles avaient été inversés. Donc Jacques Domergues n'est pas des plus crédibles dans le rôle.

Il n'en reste pas moins que ce sont des pratiques qui ne doivent pas être tolérées dans une démocratie. Ce problème doit être posé de façon à trouver les moyens de faire en sorte que ce ne soit plus possible. Ces délits lors des élections sont des crimes contre la démocratie ... bien plus graves et ayant plus de conséquences qu'il n'y paraît, et ils doivent être sévérement punis, bien plus sévérement qu'ils ne le sont.

Voir actuellement cette classe politicienne se montrer ouvertement avide de pouvoir, petite, mesquine, procédurière, de voir toutes ses manoeuvres, délits, malversations électorales remonter à la surface, dans cette floraison de recours en annulation ...  doit on demander aux prochaines élections la présence d'observateurs de l'ONU ?

Et je ne compterais pas sur le MoDem pour relever le niveau ...

 



Avant le conseil municipal de Montpellier ce soir, voici les principales délégations attribuées aux élus. (2 avril 2006)

  • Serge Fleurence : Qualité de l’espace public;
  • Michel Passet : Jeunesse;
  • Marc Dufour : Commerce, artisanat, pôle emploi;
  • Jacques Touchon : Relations internationales;
  • Max Levita : Relation avec les collectivités locales, finances et universités;
  • Christiane Fourteau : solidarité et santé;
  • Philippe Thines : Relation européenne et quartier hopitaux-facultés;
  • Régine Souche : Sécurité, police municipale;
  • Philippe Saurel : Urbanisme et développement durable;
  • Christian Bouillé : Grand Coeur, grands projets de ville, quartier Cévennes;
  • Françoise Prunier : Petite enfance, crèches;
  • Patrick Vignal : Cohésion sociale, politique des quartiers, démocratie de proximité;
  • Sophie Boniface-Pascal : Sport;
  • Fanny Dombre-Coste : Vie associative, quartier des faubourgs de l’Ecusson;
  • Fréderic Tsitsonis : Bâtiments municipaux, énergies renouvelables;
  • Marlène Castre : Rapatriés, quartier Croix d’Argent;
  • Eva Beccaria : Qualité des services;
  • Perla Danan : Conseil des sages, quartier Port Marianne;
  • Mickaël Delafosse : Action culturelle, culture scientifique et technique;
  • Amina Ben Ouargha Jaffiol : Quartier Mosson;
  • Annie Benezech : Lutte contre les exclusions, quartier Tournezy Saint-Martin;
  • Jean-Louis Gély : Réussite éducative;
  • Magalie Couvert : Handicap, quartier Ecusson,
  • Hélène Qvistgaard : Cautionnement solidaire des locataires.

D. T.-R.




POLITIQUE Mandroux rebat les cartes ( 2 avril 2008)

 

Officiellement maire depuis le 21 mars, Hélène Mandroux a accordé sa première interview à Montpellierplus.

Et alors que ce soir se tiendra le premier conseil municipal de sa mandature, où seront données les délégations des élus.


Lors de votre discours d’intronisation, vous avez parlé de " réinventer notre quotidien ". Ca sonne  comme du Kennedy non ?
C'est une référence au fait que Montpellier est une ville qui bouge, qui évolue. Ce qui était vrai il y a 30 ans n'est plus vrai. Il faut que la ville s'adapte, notamment à l'arrivée des nouveaux montpelliérains. La sociologie a complètement changé : un Montpelliérain sur quatre est étudiant, il y a beaucoup de familles monoparentales etc. Il faut à ce niveau réinventer la ville, les services à la population, etc.

Quelle sera la première mesure ?
C’est le logement. Helène Qvistgaard va dans ses missions s’occuper de créer un droit au logement aux cotés de Bernard Bouillé. J'en ai assez d'intervenir auprès des bailleurs et qu’il n'y ait pas de suite. On va faire le suivi des interventions que je fais auprès des bailleurs sociaux pour savoir où en sont les dossiers, C'est un service qui n'existait pas. Elle va aussi s’occuper de créer un système de caution aux locataires.

Les élus PS ont de grosses délégations. Mais vos alliés comme le Modem ont les miettes…
Non ! Vous avez vu Marc Dufour ? Il a ma deuxième priorité : l'emploi. Marc a tout le problème de l'insertion par l'économique, les pôles emplois que je veux mettre dans tous les quartiers, etc. Il a une grosse délégation.

Vous n'êtes plus alliée avec les Verts. Leurs délégations semblent avoir disparu…
C’est un simple changement de termes. Le développement durable qui est beaucoup plus complémentaire, est sous la responsabilité de Philippe Saurel. Il n'y a pas le mot "écologie " mais la dimension environnementale est très importante. Quant aux espaces verts, c'est Serge Fleurence qui l'a dans la qualité de l'espace public au sens large. Vous avez également la sécurité routière, les pistes cyclables, etc.

Il y a une volonté d’avoir des délégations plus transversales ?
C'est effectivement très transversal. Je demande aux élus de travailler les uns avec les autres. Pour les services, on était déjà dans cette réflexion quand on a créé les mairies de proximité. C'est moins classique, c'est sûr. Mais par exemple dans la culture dont hérite Mickaël Delafosse, il y aussi la serre amazonienne, avec tout le travail de culture scientifique qu'il y a derrière. C'est une autre façon de voir les choses.

L’élu Vert Jean-Louis Roumégas demande une représentation des minorités à l’Agglo. Vous donnerez suite ?
Là non. Ce sont 45 élus de la majorité qui y siégeront. Les minorités rentreront quand on passera à la communauté urbaine. Tous mes élus y siégeront donc, sauf Laure Fargier et Nadia Miraoui. Mais quand Georges Frêche démissionnera de la Ville et de l'Agglo, Nadia rentrera à l'Agglomération.

Vous serez candidate dans quelques jours à la présidence de l’Agglo ?
Non, c’est Georges Frêche le candidat. Mais je le serai en septembre s’il est élu sénateur. Je persiste et je signe, je me présenterai quand Georges Frêche démissionnera. Je n'en ai pas discuté avec Jean-Pierre Mourre, mais on s'entend très bien. On en parlera ensemble le moment venu.

Recueilli par Didier Thomas-Radux, avec Julien Ginoux




TRIBUNAL L’UMP Jacques Domergue veut faire annuler les élections (4 avril 2008)

Jacques Domergue est-il mauvais perdant ? Peut-être. En tout cas, le candidat UMP à la mairie de Montpellier vient de présenter, comme on s’y attendait, une protestation électorale devant le tribunal administratif « contre les opérations électorales qui se sont déroulées les 9 et 16 mars en tant qu’elles ont abouti au succès de la liste "Vivre une vie nouvelle" conduite par madame Hélène Mandroux, aux élections municipales de Montpellier ». Il y a moins de lyrisme que dans le « All in the valley of Death etc. » de Lord Alfred Tennyson, mais la charge de Domergue ressemble un peu à celle de la brigade légère en Crimée.

Le candidat UMP ne souhaite rien de moins que l’annulation de l’élection et l’inéligibilité d’Hélène Mandroux. Pour cela, via son avocat Me Jérôme Jeanjean, il compte mettre en avant le dépassement du plafond des dépenses électorales autorisées. Pour une campagne à Montpellier, il a été fixé à 291 316 .

Ce que reproche Jacques Domergue, c’est la multiplication pendant l’année ayant précédé le scrutin, « de manifestations, réalisations, campagnes de communication ayant donné lieu à des dépenses présentant un caractère électoral ».

Et Jacques Domergue énumère avec coupures de presse à l’appui (dont

celle de votre titre préféré), les manifestations dont le coût devrait, selon lui, être imputé aux comptes de campagne d’Hélène Mandroux. « Déplacement de François Hollande, de Ségolène Royal, inauguration d’une stèle aux protestants exécutés sous la Réforme, inauguration de la maison pour tous Villon, nombreuses "galettes de rois" organisées par la Ville, droit au bail de la permanence électorale, réfection complète de la façade de l’immeuble accueillant la permanence »… Jacques Domergue met aussi en avant le fait que la campagne de communication de la candidate PS ait été confiée à la même agence

chargée de la com’de la Ville, en l’occurrence Anatome. Tout cela sera examiné dans quelques mois devant le tribunal administratif. Au second tour des élections municipales, Hélène Mandroux a obtenu 15 679 voix de plus que son adversaire UMP..

Cette protestation lui permet de continuer à siéger au conseil municipal malgré le cumul des mandats et de gagner du temps avant de décider lequel de ses mandats (député, élu à la Région, à la Ville) abandonner pour être en accord avec la loi.

Jean-Jacques Sarciat

 

Publié dans MoDem Herault

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article