Béziers information/débat : aujourd'hui 2 avril à 18h30 du Collectif biterrois de vigilance contre les dérives sécuritaires

Publié le par benedicte


Collectif biterrois de vigilance contre les dérives sécuritaires

Information - débat
(voir appel aux citoyens ci-dessous)

mercredi 2 avril 2008 à 18h30

à la Bourse du Travail à Béziers.


Programme :

Présentation du contexte juridique :  « La décadence sécuritaire » par G Sainati, membre du syndicat de la magistrature
Présentation des implications pour les travailleurs sociaux du Conseil Général par un représentant du Conseil Général
Présentation de « la base élève » par un représentant de l’éducation Nationale
Présentation des implications pour l’Hôpital par un membre du personnel hospitalier
Débat avec la salle

 


 

Appel aux citoyens !


Depuis plusieurs années maintenant, des lois à l’apparence préventive complètent régulièrement un arsenal législatif à large vocation sécuritaire. Sur la base d’une volonté politique de protection des citoyens, la liberté de chacun d’entre nous est chaque jour réduite.

Ce processus a connu une accélération sans précédant depuis 2005 : mise en œuvre du Contrat de Responsabilité Parentale par la loi dite d’Egalité des Chances, mise en place des Conseils des Droits et Devoirs des Familles avec la loi relative à la Prévention de la Délinquance, la levée du secret professionnel au profit d’un « secret partagé », etc.

Tous ces dispositifs, à l’affichage préventif, créent un maillage du territoire accru dans le seul souci de contrôle des populations « à risque ». Le simple fait de rencontrer une fois dans son existence une difficulté, de solliciter aide et soutien pour la résoudre, peut faire basculer des individus, des familles entières dans la stigmatisation. C’est ainsi que l’Education Nationale doit transmettre aux maires des communes de résidence des mineurs les « difficultés » qu’il rencontre à l’école. C’est ainsi qu’un président de Conseil Général pourra, en cas de non adhésion d’une famille à certaines préconisations, solliciter le directeur de la C.A.F pour une suspension de tout ou partie des prestations familiales. C’est ainsi qu’un maire pourra « imposer » aux services sociaux du département la communication de données confidentielles concernant telle ou telle famille

Ces dispositifs mettent à mal la nécessaire relation de confiance entre les citoyens et les institutions sensées les accompagner dans leurs démarches. Cette réalité peut faire basculer des professionnels dans le contrôle social, ou maintenir et faire entrer nombre d’entre nous dans la marginalité. Que nous soyons d’une catégorie défavorisée ou aisée, ces dispositifs ont pour vocation de poser chacun d’entre nous dans une place de potentiel de délinquant, de potentiel fauteur de troubles.

Comme nous sommes tous concernés par ces lois sécuritaires et liberticides, nous proposons la constitution sur le biterrois d’un collectif de vigilance qui permette aux citoyens, aux professionnels, de se positionner face aux dérives sécuritaires qui ne manqueront pas de survenir dans une instance de proximité.


Pour vous informer, pour affiner certaines questions, nous vous invitons à participer à la première réunion du collectif qui se déroulera :

le mercredi 2 avril 2008
à 18h30 à la Bourse du Travail à Béziers.

Programme :
Présentation du contexte juridique :  « La décadence sécuritaire » par G Sainati, membre du syndicat de la magistrature
Présentation des implications pour les travailleurs sociaux du Conseil Général par un représentant du Conseil Général

Présentation de « la base élève » par un représentant de l’éducation Nationale
Présentation des implications pour l’Hôpital par un membre du personnel hospitalier
Débat avec la salle

Publié dans Agenda

Commenter cet article