Rachida Dati, Nicolas Sarkosy et Cie : pillage d'argent public ...

Publié le par benedicte


Rachida Dati, Nicolas Sarkosy et Cie : pillage d'argent public ...


Ceux qui ne cessent de dire que les caisses sont vides, que le peuple vit au-dessus de ses moyens, sont ceux qui les vident pour leur usage personnel et celui de leurs amis. Ce n'est nous qui vivont au-dessus de nos moyens, mais eux qui vivent au-dessus des notres !
Politiciens, notables, affairistes ... sont de vrais poux du peuple.
Ce sont les riches qui ont besoin des pauvres, et non l'inverse, puisqu'ils vivent sur leur dos, en volant ce qui est à tous. Ils prétendent créer de la misère, maie en réalité générent de la misère. Il suffit de regarder : plus les riches sont riches et plus la pauvreté et la misère augmentent. Le discours est une chose, la réalité en est une autre.

Je n'arriverais jamais à considèrer l'avidité de possession autrement que relevant de la démence. Je me sens très proche du regard porté par les indiens navajos sur l'avidité de possession :

« Richesse : le désir de posséder est, chez les navajos, le pire des maux, pouvant même s’apparenter à la sorcellerie. Citons Alex Etcitty, un navajo ami de l’auteur : « On m’a appris que c’était une chose juste de posséder ce que l’on a. Mais si on commence à avoir trop, cela montre que l’on ne se préoccupe pas des siens comme on le devrait. Si l’on devient riche, c’est que l’on a pris des choses qui appartiennent à d’autres. Prononcer les mots "Navajo riche" revient à dire "eau sèche" ».
Tony Hillerman (“Arizona Highway” août 1979) auteur américain contemporain de romans policiers se passant en territoire Navajo

Donc les dépenses de Rachida Dati et les malversations du Conseil Général des Hautes SeineNicolas et Rachida" de La Chanson du Dimanche (suite) ... et pour décompresser même si ça n'a rien à voir ".

( Photo François Mori )



vendredi 28 mars 2008
Rachida Dati jugée trop dépensière

Selon le site Internet Mediapart, la Garde des Sceaux Rachida Dati aurait dépensé en trois mois les deux tiers du budget alloué aux "frais de réception" du ministère de la Justice pour l'année 2008 et aurait été rappelée à l'ordre par son contrôleur financier. Démenti de la chancellerie.
Ecouter ci-dessous Marie Peyraube qui revient sur ce qu'on repproche à Rachida Dati.



et les commentaires de Ciboulette Au Pays de Dati 



Malversations liées au Conseil général des Hauts de Seine (suite)


A la mi-janvier, j'avais mentionné l'information donnée par La Dépêche.fr le 14 janvier 2008 voir
Rachida Dati pourrait être entendue par la justice

Des fonds publics se sont tout simplement volatilisés ... on se doute bien qu'ils n'ont pas été perdus pour tout le monde : 750.000 € versés contre la donation de 192 oeuvres d'art qui n'ont jamais été données. 

L'enquête du juge Andreassian a abouti à la mise en examen de nombreuses personnalités, dont Jean Hamon, Charles Pasqua – poursuivi pour "détournements de fonds publics" –, et André Santini, maire d'Issy-les-Moulineaux, suspecté de "détournements de fonds publics", mais aussi de "prise illégale d'intérêts".
Ces délits avaient été commis entre 2001 et 2003.
Or un rapport de la cour des comptes a trouvé qu'en décembre 2005 une transaction 3 833 000 euros, au titre d'une rémunération sur des travaux de construction qui n'ont jamais eu lieu versé par le syndicat mixte de l'île Saint-Germain (SMISG)  créé, entre le conseil général des Hauts-de-Seine et la ville d'Issy-les-Moulineaux  au syndicat d'économie mixte des Hauts-de-Seine (SEM 92), piloté par le conseil général,( déjà incriminés dans la première affaire)Et à cette époque N.Sarkozy était le président du CG des Hauts de seine et Rachida Dati directrice générale adjointe des services de ce même CG.
L'avocat de Jean Hamon, s'appuyant sur une lettre de N.Sarkozy signée en 2004, démontrant sa parfaite connaissance du dossier Hamon, demande que celui-ci soit entendu et que la période d'enquête soit étendue de 2003 à 2007 ... à suivre !



Publié dans Politique France

Commenter cet article