Montpellier après élections dans la presse locale

Publié le par benedicte

Montpellier après élections dans la presse locale

logo_MontpellierPlus.jpg


25 mars 2008 ÉLECTION
Mandroux maire Hélène Mandroux était la seule candidate au poste de maire de Montpellier vendredi dernier. La droite a préféré voter nul. De même que les Verts, désormais dans une indépendance vis-à-vis de la majorité et qui ont regretté le coup de Jarnac que selon eux leur a fait le PS, alliés avec un LCR, lui résolument dans l’opposition ! Comme prévu, Serge Fleurence a été nommé premier adjoint. 23 autres postes ont été attribués : 16 à des PS et apparentés, 2 à des PC, 2 à des MoDem, 1 au PRG et 3 à des non inscrits. Les délégations seront votées le 2 avril prochain. A l’issue de son élection, Hélène Mandroux a fait un discours à la façon de Kennedy : «Je vous invite à réinventer notre quotidien», a-t-elle ainsi proposé.
Voir le trombinoscope des élus pages 12-13 ( site de
Montpellier Plus pour téléchargement )

25 mars 2008
CHUT
  • EMU COMME UN COLLÉGIEN Que fait un jeune élu dans l’opposition depuis 7 ans et qui du fait des alliances se retrouve dans la majorité ? Il a les larmes aux yeux le jour où il devient 15e adjoint. C’est en tout cas ce qu’a fait le MoDem Frédéric Tsitsonis, très ému vendredi dernier au conseil municipal.
  • QUI N’A PAS VOTÉ ? Mystère lors de l’élection des adjoints de Montpellier. La majorité dispose de 47 voix, contre 14 pour l’UMP et les Verts. Si Mandroux a été élue avec 47 voix, en revanche seulement 46 suffrages ont été comptabilisés pour l’élection des adjoints. Qui est donc le ou la 47e qui n’a pas voté pour ses collègues ?
  • ROUMEGAS SNOBE FRÊCHE Jean-Louis Roumegas a la rancune tenace. Il n’a pas serré la main de Frêche à la fin du conseil municipal. Et en plus, il est parti fâché. Frêche lui aurait-il susurré des mots doux ?

26 mars 2008
LES ADJOINTS SERONT CONNUS MERCREDI
Les nouvelles attributions des délégations aux adjoints seront connues mercredi soir lors du second conseil municipal de l’ère Mandroux II. Certains adjoints devraient voir leurs missions élargies et d’autres voir conforter leurs premières attributions. Après, tout le monde se mettra au travail.






26 mars 2008
Risées d’Agglo

Ségo et Jojo

Le journal du conseil régional serait-il devenu un support de la campagne municipale de Montpellier ? Dans le numéro de mars, on n’y trouve que Georges Frêche en photo aux côtés de Ségolène Royal venue soutenir Hélène Mandroux et le même, en compagnie de Marylise Lebranchu, garde des Sceaux sous Lionel Jospin. À bien y réfléchir, ces deux articles avec photo ne sont pas une intervention dans la campagne des municipales mais plutôt des pierres à l’édifice de réhabilitation de Georges exclu du PS.

Mélenchon anti-labo
« Le MoDem est inutile là où la gauche est sortante », affirme le socialiste Jean-Luc Mélenchon, exemple à l’appui. « À Grenoble ou Montpellier, l’alliance du PS avec le MoDem n’a produit aucune dynamique. Allié au MoDem, le PS fait même moins bien dans ces deux villes qu’en 2001. Démonstration supplémentaire : à cette époque, au second tour, l’alliance s’était faite avec les Verts et une partie de la gauche radicale ! Conclusion de ce socialiste de gauche (mais oui, cela existe !) : « Dans ces deux villes “laboratoires” de l’alliance socialiste avec le MoDem, la colère d’un grand nombre d’électeurs de gauche a renforcé nettement le vote pour les listes de gauche alternative lorsqu’elles se maintenaient au second tour. À Montpellier, le tandem Verts-LCR dépasse ainsi les 18%. »

Bois dont je me chauffe
La photo est bonne, mais il manque les bulles, comme dans la bande dessinée. Page 17 du journal de la Région, on voit un Georges Frêche tout souriant couper le ruban inaugural de la chaufferie à bois de l’université. En face, tout aussi souriante, la Verte Nicole Stam. La scène se déroule le 18 février. C’est à cette occasion que l’affreux Jojo, tout en reconnaissant l’apport des Verts dans la politique montpelliéraine, balance : « Entre les deux tours, je vais leur mettre profond, là où je pense et sans vaseline ! » On connaît la suite…

Journalistes, pas élus
Philippe Sans, Christian Detranchant et Stéphane Ratinaud sont tous trois journalistes à France 3 Sud. Candidats aux municipales à Sète, Lavérune et Mauguio, ils ont chacun réalisé un score honorable mais insuffisant pour devenir maire. Remarquez, Sa Majesté Jean-Marie Cavada, dont on avait failli hériter à Montpellier, n’a pas fait mieux à Paris.

Publié dans MoDem Herault

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article