Midi-libre et Montpellier plus du 12 mars 2008 : Montpellier 2ème tour

Publié le par benedicte


Montpellier Plus du 12 mars 2008 : Montpellier 2ème tour

Midi-Libre 12 mars 2008 Les verts et le PS


Midi-Libre du 12 mars 2008

Midi-Libre 12 mars Marc Dufour
undefined
MoDemL'art de la géométrie variable


Le MoDem, c'est l'hôte de marque de l'entre-deux tours. Marc Dufour se plaît à parler de « trait d'union ».
Marc Dufour, référent régional du
MoDem, ami de longue date, jusqu'aux confidences, de François Bayrou, se définit comme un homme du "centre gauche". « Ni communiste, ni socialiste » , il réalise une belle opération en ayant intégré, dès le premier tour, la liste de la socialiste Hélène Mandroux. Midi libre 12 mars 2008 Marc DufourAilleurs, la stratégie politique du MoDem est "selon". Dans certaines villes, le MoDem lie son sort pour le second tour à l'UMP. Dans d'autres, il rallie des listes PS. Parfois, il fait cavalier seul. De tout cela se dégage une impression de géométrie variable. D'opportunisme forcené. De flou artistique. S'allier pour exister serait-il l'unique dessein de ces "centristes", venus des rivages d'illusions déçues ?
Marc Dufour qui jette d'emblée les clivages droite-gauche aux orties, s'insurge : « Ils ne reflètent pas du tout la réalité de la société ». Sa démarche, il l'explique ainsi : « Avec Hélène Mandroux, nous n'avons pas de points de confrontation. J'apprécie sa capacité à fédérer. En amont, on a aussi travaillé avec l'UMP. Dans un autre contexte, on aurait pu se présenter à leur côté. Mais je n'ai jamais réussi à discuter avec Jacques Domergue ».
Dufour dit avoir soutenu Frêche sur Montpellier en 1989 et 1995. Et s'être fait insulter en boudant Blanc en 2004. Fréchiste, alors ? « Il a réalisé de belles choses, mais, sur la forme, je ne partage guère la façon de faire. S'il avait été tête de liste, je n'y serais pas allé ». Juste une force d'appui, le MoDem ? « Pour un mouvement qui n'a que quelques mois d'existence, c'est assez inévitable ». La belle opération de Marc Dufour au sein de l'équipe d'Hélène Mandroux devrait additionner six élus. « J'avais expliqué que je n'accepterais pas en dessous de cinq. C'est le minimum pour constituer un groupe. On s'est accordé sur trois postes d'adjoints et deux vice-présidents de l'agglo ».
L'entente cordiale, donc. « Avec Hélène Mandroux, j'ai un accord de gestion. Elle sait que je ne suis pas socialiste ». Et co-gérer avec le PC lorsqu'on vient de l'UDF ? « Chacun gardera son libre arbitre ». Marc Dufour abhorre « les combinaisons pour garder le pouvoir ». Son illustration : « A Nîmes, ce qui se passe entre Fournier et Lachaud ne correspond pas à nos valeurs ». « A Agde, il n'y a pas eu d'accord avec l'UMP. Au second tour, notre liste passe un accord avec le PS, mais... sans Régis Passerieux (tête de liste, ancien maire NDLR). En revanche, on le soutient aux cantonales ».
Grand écart ? Marc Dufour remet le couvert : « Il y a parfois plus de divergences au sein même du PS qu'entre le MoDem et certains socialistes ». En tout cas, il ne tarit pas d'éloges sur l'aspect « manager d'équipe » d'Hélène Mandroux. « Pour moi, elle aurait toute sa place au MoDem ». Ça c'est fédérateur !
Anthony JONES
 

Publié dans MoDem34 Elections 2008

Commenter cet article