L'Agglo rieuse du 5 mars - Abstention : la divine surprise ? (mise à jour)

Publié le par benedicte

undefined
L'Agglo rieuse du 5 mars - Abstention : la divine surprise ?

Mise à jour de l'article, suite à l'envoi par Jacques (merci) de l'article en format texte parce qu'il en manquait un morceau sur le scan.

Un article de L'agglorieuse sur un possible taux élevé d'abstention sur Montpellier et rappelant qu'en 2001 il y avait eu plus de 45% d'abstention au 1er tour ...




45,13 % des Montpelliérains s’étaient abstenus
au premier tour des municipales en 2001 
Abstention : la divine surprise ? 

 
Abstention_piegeAcons_Karak.jpgVictimes d’overdose politique après les quatre scrutins de 2007, allergiques au système Frêche, déprimés par ses renaissances perpétuelles, déçus de Domergue abattu avant même l’envol, désespérés du sarkosysme en chute libre, ex-révolutionnaires en goguette idéologique, lepénistes à la dérive, centristes de Bayrou étonnés de se réveiller à gauche alors qu’ils s’étaient endormis à droite, ceux qui n’y croient plus, ceux qui n’y ont jamais cru, pêcheurs à la ligne et adeptes du week-end sous la couette ; les abstentionnistes risquent d’être nombreux dimanche à bouder les urnes. Aux précédentes municipales, en 2001, seulement 52,6 % des Montpelliérains avaient choisi une liste au premier tour. Combien seront-ils le 9 mars ?

Quasiment ignorés dans les sondages, méprisés par le politiquement correct « civisme républicain », leur « non-vote » influe énormément sur l’équilibre des voix.

47,4 % avec blancs et nuls

Il y a sept ans, aux précédentes municipales, alors qu’il y avait 9 listes, soit une de plus qu’aujourd’hui, l’abstention battait un record et les abstentionnistes devenaient le premier parti à Montpellier. Sur 111 874 électeurs potentiels, 61 383 avaient déposé un bulletin dans l’urne et seulement 58 824 avaient, comme on dit dans le jargon des politologues, « valablement exprimé  » leur choix pour l’une des listes en présence. Si l’on ajoute les votes blancs et les nuls, on grimpe à 47,4 %. À peine plus de la moitié du corps électoral aurait choisi ses élus. Ce n’est pas tout à fait exact, car les fluctuations des abstentionnistes, de leur nombre, et surtout de leur origine politique, expliquent les vagues roses ou bleues. 
Sarko coule si profond la campagne UMP que le triomphe du PS est annoncé inéluctable : Mandroux au premier tour.  

François Hollande, notre « Flamby » national, en meeting dans l’improbable gymnase du quartier des Cévennes, tire la sonnette d’alarme, inquiet d’une montée de l’abstention parmi l’électorat de gauche. « Les pronostics de victoire nous concernant peuvent constituer un facteur de démobilisation de notre électorat  ; c’est un risque sérieux qu’il faut prendre en compte. » Cette « curieuse campagne » selon les termes du « père François » est très instable et manque de repères, puisque chaque parti dissimule son drapeau sans se gêner de débaucher dans le camp d’en face. 
C’est Marc Dufour, il y a peu UDF, qui bat des mains au discours du premier secrétaire du PS. Hollande lui renvoie la balle. « Je salue Marc Dufour et ses amis du MoDem. Ils ne savent pas encore qu’ils sont à gauche, mais ils le sont puisqu’ils sont sur la liste d’Hélène Mandroux. » Les électeurs centristes auraient de quoi rester à la maison.

 

Fatigue civique
Bruno Le Roux, le « Monsieur élections » du PS et qui n’est donc pas un imbécile, analyse l’abstention. « Davantage qu’un transfert de voix d’un camp à l’autre, un scrutin comme les municipales est affaire de mobilisation différentielle ; en 2004, c’est parce que la gauche a davantage voté que la droite que nous avons remporté les régionales. » La campagne « planplan  » d’Hélène, qui gère en épicière économe son avance dans les sondages, prend le risque d’assoupir son électorat. À l’inverse, les Verts réveillent leurs supporters audelà des écolos, comme le montre l’ex-députée socialiste Christine Lazerges qui s’affiche lors d’un débat aux côtés de Roumégas en pleine campagne électorale. Il y a un mois, notre sondage IPSOS situait à 66 % ceux qui s’affirmaient certains d’aller voter. La fatigue civique laisse-t-elle présager d’une forte pulsion abstentionniste ? Mystère...

Alain Nenoff



cliquer pour agrandir

Lagglorieuse 5 mars 2008 abstention : divine surprise ?

Publié dans Hérault

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article