Plume de Presse : "Aix-en-Provence : représailles contre le fonctionnaire qui dénonce des irrégularités électorales"

Publié le par benedicte


Aix-en-Provence : représailles contre le fonctionnaire qui dénonce des irrégularités électorales

Un petit tour dans les féodalités locales, les magouilles électorales, les abus de pouvoir, ... bref tout ce qui est vomir et rend méprisable les politiciens.

undefinedUn article d'Olivier Bonnet sur son blog Plume de Presse et dont je livre le Post Scriptum en préambule, parce que la presse n'a pas diffusé l'information :
Post Scriptum : pourquoi cet article en cette période de suspension du blog ? C'est que je pensais qu'il intéresserait des publications qui l'auraient rémunéré. Las, pourtant recommandée à Libération et Politis par des membres de la rédaction de ces deux titres, ma proposition n'a pas été retenue. Ni par le Canard enchaîné, dont j'ai eu un journaliste au téléphone pour lui expliquer l'affaire avant de lui envoyer l'article. Un éminent journaliste du Nouvel Obs a transmis mon papier à l'Obs.com qui m'a renvoyé vers le service politique... trop débordé pour le passer. Quant à Marianne, il me fut répondu : "nous n'avons pas de budget piges" avant même que je n'ai le temps d'expliquer de quoi il s'agissait. Les joies de la vie de pigiste...

28 février 2008
Aix-en-Provence : représailles contre le fonctionnaire qui dénonce des irrégularités électorales

Il ne fait pas bon s'opposer à la députée-maire d'Aix-en-Provence quand on est fonctionnaire municipal ! Raymond Chaoul, agent du service des Elections, est en train de l'apprendre à ses dépens. Pour avoir formé un recours devant le Conseil constitutionnel dénonçant de nombreuses irrégularités ayant entaché les dernières législatives, il fait l'objet de lourdes représailles

Mairie d'aix13 000 cartes d'électeurs de retour en mairie, pour n'avoir pas trouvé acquéreur ! Où habitent donc désormais ces mystérieux inscrits de la 14ème circonscription des Bouches-du-Rhône (un des deux secteurs d'Aix-en-Provence) ? Ne devrait-on pas entreprendre des vérifications ? Employé municipal depuis 1983, Raymond Chaoul, adjoint administratif au service des Elections de la mairie, se dit "dégoûté" et parle de "manipulations politiques" : "Depuis environ trois ans, nous ne révisons plus les listes à partir des cartes retournées", nous explique-t-il. Le nombre des inscrits augmente ainsi de façon artificielle : 13 000 électeurs sur 90 000 en tout, le pourcentage est énorme. Or, pour se maintenir au second tour des législatives, un candidat doit réunir les suffrages de 12,5% des inscrits : plus ils sont nombreux, plus il faut de voix, ce qui limite le risque d'une triangulaire. Sur les 13 000 cartes d'électeurs n'habitant pas à l'adresse indiquée, "7 000 ont été récupérées sans que les personnes ne prouvent leur rattachement à la commune", poursuit Raymond Chaoul, qui fournit également une dizaine de noms de proches de la mairesse, habitant en dehors d'Aix-en-Provence mais autorisés à y voter grâce à des certificats d'hébergement, d'ordinaire réservés aux seuls jeunes venant d'atteindre la majorité mais habitant encore chez leurs parents ! Et ces électeurs d'atteindre la majorité mais habitant décédés non radiés des listes électorales ? Et la fameuse "liste Benon", du nom de l'adjointe chargée des Elections et de l'Etat-civil, Charlotte Benon, qui comprend des centaines de patronymes quasi exclusivement de sonorités exotiques, en vue de les radier des listes électorales ? "Je voulais alléger les listes électorales en supprimant les personnes qui n'avaient plus d'attache avec la commune", proteste l'élue dans le quotidien La Marseillaise*. Curieuses méthodes : au lieu de vérifier les électeurs ayant changé d'adresse - les fameux 13 000 -, on sélectionne des noms, au hasard (ou en fonction de leur origine étrangère ?), exclusivement dans deux quartiers populaires de la ville, l'Epinette et le Jas-de-Bouffan. "Charlotte Benon nous a ordonné  d'envoyer un courrier recommandé à toutes les personnes sélectionnées et de les radier si elles ne répondaient pas", raconte Raymond Chaoul. "Des radiations ciblées?", s'interroge La Marseillaise. Le fonctionnaire ajoute encore posséder les preuves qu'au moins trois de ses collègues employés de la mairie d'Aix ont travaillé directement pour la candidate, en procédant à une extraction informatique des listes électorales en vue de les étudier de près. Et il sait de quoi il parle : il était justement en charge de la gestion informatique des fichiers du service Elections ! A la suite de ces multiples irrégularités, il a décidé d'intenter un recours devant le Conseil constitutionnel, en vue de faire annuler les dernières législatives.

... Lire la suite >>

 

Publié dans Politique France

Commenter cet article