Midi-Libre du 23 février 2008 : Montpellier, sur les 8 listes en compétition, une liste autonome menée par Georges Fandos

Publié le par benedicte


Midi-Libre du 23/02/08 : Montpellier
sur les 8 listes en compétition,  une liste  autonome menée par Georges Fandos

Municipales Montpellier : huit listes en compétition 


Six en 1995, dix en 2001 et donc, c'est officiel depuis hier soir, huit en 2008. C'est le nombre de listes sur la ligne de départ pour les municipales à Montpellier.
Midi-Libre du 23 février Georges Fandos Après que le MoDem a rejoint la liste d'Hélène Mandroux, que le Front national, le Parti des travailleurs et Lutte ouvrière ont confirmé leur intention de partir de leur côté, l'ultime inconnue concernait finalement la tendance Cap 21/MoDem. Soit ceux qui ne cautionnaient pas le ralliement de leur leader Marc Dufour à la liste PS/PC. Allaient-ils parvenir, à la hâte, à rassembler soixante et un noms, comme ils l'avaient annoncé il y a quinze jours ? Eh bien oui ! Comme pressenti, c'est Georges Fandos qui est positionné en n° 1. Sur sa liste, outre plusieurs proches, la surprise est que l'on y retrouve de nombreuses personnes appartenant à l'association des riverains de Garosud opposés à l'usine de méthanisation. Dont des noms qui étaient attendus chez Jacques Domergue ! L'électeur devra donc faire son tri, sélectif ou non.

De fait, dans l'ordre du tirage au sort, on retrouve la liste "Montpellier écologique, sociale, vraiment à gauche !", soutenue par les Comités unitaires anti-libéraux (Cual), la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) et "Montpellier tous ensemble" (MTE) qui est conduite par Francis Viguié, "Montpellier fait front", présentée par le Front national et impulsée par Alain Jamet, "Montpellier a besoin des Verts" conduite par Jean-Louis Roumégas, "Vivre une nouvelle ville" tirée par Hélène Mandroux mais aussi "Changeons d'air", tractée par Jacques Domergue.
A noter qu'à l'enregistrement, le sigle PS de l'un n'apparaît pas plus que l'UMP de l'autre. La liste "Pour la défense de la démocratie communale et des services publics : rupture avec l'Union européenne !" a pour chef de file Jean-Pierre Sparfel. Pressentie un temps au côté d'Hélène Mandroux, la liste de Lutte ouvrière sera conduite par Maurice Chaynes et "Montpellier démocrates, écologistes et citoyens" par Georges Fandos, donc.
Sur celle de Mandroux, c'est Cédric Haution, ancien leader du MJS, qui apparaît au final en 60e position à la place de Grégory Anquetil.

Publié dans MoDem34 Elections 2008

Commenter cet article

bruno gutierrez 25/02/2008 16:21

Une liste Modem à Montpellier, c'était nécessaire et l'attitude de Marc Dufour est incompréhensible. Le Modem, et Bayrou l'a démontré, ne peut vivre que par sa présence dans le jeu électoral et pas derrière le PS ou l'UMP. Aurait-on imaginé F. Bayrou s'aligner sur Ségolène Royal ? Fandos a prouvé qu'il y a bien une dynamique Modem à Montpellier. Alors ? Le Modem ? Les militants du renouveau derrière les vieux chevaux de retour du très vieux Georges Frèche, c'a veut dire quoi ?Il y en a qui servent le Modem et d'autres qui s'en servent. Je préfère les premiers !

benedicte 25/02/2008 18:56

La seule stratégie que le MoDem aurait du avoir dans les villes (les petites communes c'est différent et moins politisé par les partis) c'est des listes autonomes ou pas de listes s'il n'était pas possible d'établir un projet. Toutefois le national a la plus grande part de responsabilité dans le fait que ce soit loin d'avoir été la ligne choisie dans de trop nombreux endroits comme à Montpellier. Le résultat est que des listes indépendantes se montent au dernier moment ce qui risque d'être assez décevant en terme de résultat électoral. Il reste 15 jours de campagne seulement ... et si le national n'avait pas cautionné la magouille de Dufour avec Frêche, cette liste autonome aurait vu le jour bien avant et aurait eu de bien plus grande chance de succès ! Mais au moins, il sera clair, j'espère que les adhérents ne soutiennent pas majoritairement cette alliance avec le pouvoir local .... amicalement