Fondation Sciences Citoyennes : observatoire citoyen d'expertise / Information et soutien aux lanceurs d'alerte ...

Publié le par benedicte


Site Sciences Citoyennes : Information et soutiens aux les lanceurs d'alerte ...

Sciences Citoyennes
"La Fondation Sciences Citoyennes est une association loi 1901 créée en 2002 qui a pour objectif de favoriser et prolonger le mouvement actuel de réappropriation citoyenne et démocratique de la science, afin de la mettre au service du bien commun."

A découvrir parce qu'allant dans le sens de la réappropriation de l'espace par les citoyens des orientations de la société et des affaires publiques.

Actuellement Sciences Citoyennes soutient trois lanceurs d'alerte qui ont été mis en procés ou sont soumis à des sanctions hiérarchique pour avoir informer les autre citoyens de problèmes les concernant tous et contrariant de ce fait les intérêts de lobbies qui dissimulent ces informations dans le but de faire des profits ... sur notre santé à tous.
Si quand un citoyen lambda donne des informations vérifiées et étayées, pour alerter la population sur un danger, il se retrouve systèmatiquement au tribunal ou perd son travail, dans le but de le faire taire ... c'est nous tous qui courront de graves dangers, voire notre espèce et la planète entière.
Non seulement ces personnes méritent d'être saluées pour ler travail et leur courage, et nous leur devons soutien, car ce n'est pas pour elles qu'elles agissent mais pour le bien commun, c'est à dire nous tous et nos enfants !


Définition et rôle du lanceur d’alerte (donnée sur le site)

Lanceurs d’alerte : Pour que l’intérêt général prime sur les intérêts financiers et politiques

Simple citoyen ou scientifique travaillant dans le domaine publique ou privé, le lanceur d’alerte se trouve à un moment donné, confronté à un fait pouvant constituer un danger potentiel pour l’homme ou son environnement, et décide dès lors de porter ce fait au regard de la société civile et des pouvoirs publics. Malheureusement, le temps que le risque soit publiquement reconnu et s’il est effectivement pris en compte, il est souvent trop tard. Les conséquences pour le lanceur d’alerte, qui agit à titre individuel parce qu’il n’existe pas à l’heure actuelle en France de dispositif de traitement des alertes, peuvent être graves : du licenciement jusqu’à la « mise au placard », il se retrouve directement exposé aux représailles dans un système hiérarchique qui ne le soutient pas car souvent subordonné à des intérêts financiers ou politiques.
Poser les bases d’une prise en compte effective des alertes environnementales et sanitaires et doter les lanceurs d’alerte d’un statut les protégeant.
Il s’agit de définir un cadre de protection du lanceur d’alerte environnementale et sanitaire à travers une législation réformant le droit du travail d’une part et le droit d’expression d’autre part et lui conférant le même statut que le salarié protégé. Les lanceurs d’alerte doivent avoir la possibilité de porter sur la place publique les hypothèses de danger pour l’homme ou son environnement, sans être subordonnés aux clauses de secret industriel ou devoir de réserve et sans craindre d’éventuelles représailles (licenciement abusif, procès, « mise au placard »).
Mais pour être réellement efficace, ce dispositif juridique doit se replacer dans un contexte de loi réformant le système de l’expertise et reposant sur le principe de précaution. Il importe d’y poser les principes du traitement effectif des alertes dans un cadre procédural rigoureux et formel : Quelle voie pour faire remonter l’information ? Quels critères de recevabilité ? Quelles instances pour gérer ce type de dossiers ? La définition des « bonnes pratiques » de l’expertise doivent également y figurer : déclaration d’intérêt, autonomie par rapport aux pouvoirs politiques et économiques, procédure contradictoire et pluralisme, expression des avis minoritaires, transparence des avis et délibérations, etc.

soutenez les lanceurs d'alerte

 
>> Accès à la page de pétition <<


Christian Velot

Maître de Conférences en génétique moléculaire à l’Université Paris sud et responsable d’une équipe de recherche à l’Institut de Génétique et Microbiologie sur le Centre Scientifique d’Orsay, il anime depuis 2002 sur son temps personnel de nombreuses conférences à destination du grand public sur le thème des OGM.
Ses conférences didactiques, dont l’une a notamment servi de document de travail à l’intergroupe OGM du Grenelle de l’Environnement, ont permis à de nombreux citoyens d’avoir accès à une connaissance de la réalité des OGM et ont contribué à la prise de conscience raisonnée des risques qu’ils portent. Il est souvent intervenu en tant que témoin dans les procès de faucheurs volontaires. Christian Vélot fait partie de ces lanceurs d’alerte qui oeuvrent pour faire valoir la réalité de certains risques et engager des débats démocratiques, là où l’obscurité et l’opacité sont de règle.
Ses prises de position lui valent aujourd’hui, de la part de la direction de son Institut, de nombreuses pressions matérielles, depuis la confiscation de la totalité de ses crédits pour 2008, la privation d’étudiants stagiaires, la menace d’un déménagement manu militari, jusqu’à l’annonce de l’exclusion de son équipe de l’Institut à partir de fin 2009.

Pierre Meneton
Chargé de recherche à l’INSERM au sein du départemement de Santé Publique et d’Information Médicale (SPIM) de Jussieu.

Une plainte en diffamation a été déposée par le lobby du sel (Comité des Salines de France et Compagnie des Salins du Midi et des Salines de l’Est) à l’égard d’un magazine (TOC) et de Pierre Meneton pour la publication de l’article "Sel, le vice caché"
La phrase diffamatoire d’après le lobby est : "Le lobby des producteurs de sel et du secteur agroalimentaire industriel est très actif. Il désinforme les professionnels de la santé et les médias".

Veronique Lapides
P
résidente du Collectif Vigilance Franklin créé en 2001 suite à l’apparition en 1999 de cancers infantiles rares sur l’ex-site de l’usine Kodak à Vincennes, les alertes lancées ayant été déboutées. Il regroupe plus de trois cents familles et soutenu scientifiquement par Henri Pezerat (CNRS). A ce jour aucune dépollution du site n’a été effectué alors que les études environnementales, menées par Kodak, ont montré une pollution importante des terres et de la nappe phréatique notamment par des composés chlorés, dont certains sont cancérogènes.
Veronique Lapides mise en examen et traînée en justice pour diffamation par le Maire de Vincennes., pour un tract co-signé par le CVF en juin 2006 avec des représentants d’agents du Ministère des Finances (dont 600 devaient emménager sur ce site) mettant  en cause la Préfecture et la Mairie sur leurs refus de prendre leurs responsabilités quant à la nécessaire dépollution du site.

Publié dans Démocratie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
je suis très heureuse que toi aussi tu fasses passer ce message sur les lanceurs d'alerte.Le verdict de Pierre Menelon contre le lobby su sel a lieu le 13 mars...affaire à suivre.Amitiés
Répondre
B
Ton commentaire à ce sujet, m'a rappelé que j'avais prévu de faire un article sur les lanceurs d'alerte, mais j'ai du mal à réagir en temps réel à tout ce qui m'interpelle ... alors merci pour le rappel, et effectivement affaire à suivre. Amicalement