Nos enfants ne sont pas nos enfants ...

Publié le par benedicte

Et une femme qui portait un enfant dans les bras dit, Parlez-nous des Enfants.
Et il dit :

undefined Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même.
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux, mais ne tentez pas de les faire comme vous.
Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s’attarde avec hier.

Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.
L’Archer voit le but sur le chemin de l’infini, et Il vous tend de Sa puissance pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
Que votre tension par la main de l’Archer soit pour la joie ;
Car de même qu’Il aime le flèche qui vole, Il aime l’arc qui est stable.


Khalil GIBRAN    Le Prophète (extrait)


undefinedJ'ai lu "Le Prophète" de Khalil Gibran quand j'avais 16 ans. Le passage sur les enfants m'avait profondément marqué, probablement d'autant plus au regard de ma propre enfance.
C'est dans cet esprit que j'ai élevé ma fille, je n'ai jamais considéré qu'elle m'appartenait, mais appartenait à la Vie. J'ai essayé de faire en sorte qu'elle puisse devenir autonome, pas seulement matériellement, mais psychologiquement, qu'elle  soit capable de comprendre par elle-même, de se faire sa propre opinion et de discerner son propre chemin dans ce monde.
J'ai toujours pensé que si l'humanité avait été une variété d'oiseau, cela ferait longtemps que nous ne saurions plus voler, coupant les ailes de nos propres enfants pour les empêcher de quitter le nid. Il y a beaucoup à dire sur la façon dont nous traitons nos propres enfants comme des objets, que nous cherchons à formater ou dresser au lieu de les aider à se développer en fonction de leur propre personnalité et de s'épanouir. Il serait bon de se poser des questions à ce sujet et de chercher à comprendre les mécanismes en oeuvre, au lieu de les reproduire comme des automates de génération en génération.
Assyah s'est envolée de l'autre côté de la planète, et même si c'est un peu loin, passé le coup de blues du départ, je suis heureuse qu'elle soit sur son propre chemin ...

Publié dans Réflexions

Commenter cet article