Gardasil (suite) : L’Allemagne critique et des médecins espagnols réclament un moratoire …

Publié le par benedicte


undefined Gardasil (suite) : L’Allemagne critique et des médecins espagnols réclament un moratoire …

 

 

Première partie sur le sujet : GARDASIL : Attention informez-vous avant de vendre la santé de vos filles aux labos pharmaceutiques !

Et merci à Eristikos qui m’a donné l’info concernant le site Pharmacritique 

Efficacité non prouvée et improuvable en 3 ans, risques liés aux vaccins défrayant la chronique et impossible à estimer à terme dans le cas de vaccinations massives, risques de voir d’autres souches de HPV se propager et devenir multirésistantes à tout traitement comme dans le cas comme dans le cas de la vaccination pneumococcique (non il n’y a pas eu d’information à ce sujet … je l’ai appris en lisant l’article !) … sans compter la campagne de publicité qui se fait passer pour une campagne de santé publique !

C’est la santé des générations à venir que les lobbys pharmaceutiques sont en train de détruire, il ne s’agit pas de vous permettre de vivre en bonne santé, il s’agit de vous transformer en consommateurs permanents de leurs produits, et si votre santé en pâti, tant mieux ils vous en vendront des supplémentaires, tant que vous croirez que la santé peut se vendre en pilule … mais avec cette multiplication de « vaccins miracles », cette médicalisation permanente, ce n’est pas avec votre santé que les labos jouent, c’est avec celle de vos enfants et votre peur qu’ils leur arrivent malheur … comme ces démarcheurs à domicile des sociétés d’alarme, qui vous racontent toutes le horreurs qui peuvent vous arriver chez vous si vous n’êtes pas équipé de leur gadget, vous accusant d’être inconscient parce que vous n’êtes pas totalement paranoïaque ! … de pervers bonimenteur de foire !

J’aime beaucoup le ton de démarrage du 1er article … et je vous engage à explorer les 2 sites dont sont tirés les articles qui sont une bonne mine d’information sur ces sujets.



undefinedPharmacritique  Expression libre sur les rapports entre industrie pharmaceutique, médecine et usagers...


Gardasil, vaccin PVH très critiqué en Allemagne. Un exemple  
12.01.2008

Le vaccin Gardasil suscite beaucoup de doutes et de critiques dans plusieurs pays. A part la France, où tout se passe comme d’habitude : les nouveautés sont acceptées sans critique, prescrites massivement, et puis advienne que pourra… La note précédente portait sur des réactions critiques en Espagne. Prenons maintenant l’une des nombreuses critiques allemandes, d’autant plus qu’il existe déjà une traduction française de l’article intitulé « Prévention prématurée », paru dans le journal allemand Süddeutsche Zeitung (à peu près l’équivalent de Libération) au mois d’octobre 2007.

Quelques commentaires introductifs avant de passer aux extraits du texte :
Le Dr Becker-Brüser, cité dans l’article, est le directeur de la revue indépendante Arznei-Telegramm, meilleure source européenne d’information médicale indépendante de l'industrie pharmaceutique, que notre blog cite régulièrement. Le numéro de juin 2007 de cette revue contient une analyse détaillée des résultats provisoires publiés par le laboratoire sur le Gardasil. C’est cette analyse scientifique qui constitue le fondement des articles parus dans la presse généraliste allemande. Elle conclut que la prescription du vaccin Gardasil n’est pas fondée ...
D’autres revues médicales internationales ont estimé que - même selon les données publiées par le laboratoire et en l’absence d’études de vérification – l’efficacité préventive est modeste. Reste à voir quels seront les effets secondaires à long terme, d’autant plus que beaucoup ont déjà été signalés et ont défrayé la chronique, surtout aux Etats-Unis.
L’article du journal Süddeutsche Zeitung critique les illusions que crée la campagne de publicité de Sanofi Pasteur quant à la prévention du cancer du col de l’utérus par le vaccin Gardasil. L’efficacité de ce vaccin n’a pas été prouvée, même pas pour les deux génotypes de papillomavirus humain – 16 et 18 – contre lesquels il est censé protéger. Les deux autres génotypes – 6 et 11 – concernent d’ailleurs des verrues génitales. Ajoutons que, à supposer qu’on arrive à prouver une efficacité quelconque de ce vaccin, il faudrait au moins 30 ans pour le faire, parce que l’évolution d’une infection à une métaplasie puis à une éventuelle dysplasie puis à un carcinome se fait très, très lentement. A l’heure actuelle, on ne dispose que des résultats de 3 ans d’essais à plus grande échelle. 3 ans pour juger qu’un vaccin protège contre un cancer qui met des décennies à apparaître, c’est ridicule !

Ce qu’on peut dire sans risque de se tromper, c’est que le Gardasil est d’ores et déjà un gigantesque coup publicitaire et commercial pour Sanofi Pasteur, et que les jeunes filles sont des cobayes à large échelle…

... Lire la suite >>  
 

Logo-formindep.jpg   FORMINDEP ... pour une formation médicale indépendante au service des seuls professionnels de santé et des patients

Vaccination et prévention du cancer du col de l’utérus
Les médecins espagnols réclament un moratoire pour l’utilisation de Gardasil°
mardi 11 décembre 2007 par Elena PASCA

Au mois d’octobre 2007, les autorités sanitaires espagnoles ont introduit le vaccin Gardasil® [1] dans le calendrier vaccinal remboursé par l’assurance-maladie. Carlos Alvarez-Dardet, directeur du Journal of Epidemiology and Community Health, professeur de santé publique de l’Université d’Alicante, spécialiste des vaccins, a signé une virulente tribune dans le journal El Pais et appelé à une mobilisation civique au nom de la « défense du bien public ». Les plus de 3330 signataires de la pétition en cours demandent un moratoire sur l’utilisation du Gardasil® et dénoncent plusieurs éléments révélateurs :

  • Une campagne marketing très agressive qui fait passer la publicité d’un produit à vendre pour de l’information en santé publique et crée des besoins thérapeutiques basés non sur des preuves médicales mais sur la peur d’une souffrance hypothétique.
  • La campagne marketing laisse entendre que toute infection par le HPV serait une maladie à prévenir et non pas un facteur de risque. Or, dans près de 90% de cas, l’infection passe inaperçue, neutralisée par le système immunitaire.
  • La désinformation consistant à faire croire que le vaccin protège efficacement contre toutes les souches de HPV cancérigènes, alors que c’est loin d’être le cas.
  • Rien ne prouve que la prévention par le Gardasil® est efficace, puisque l’essai de phase III n’a duré que trois ans, avec des résultats peu probants [2], alors qu’un cancer risque de se déclarer 30 ans ou plus après une infection. En outre, les indices actuels montreraient plutôt une efficacité préventive contre les métaplasies, qui sont des lésions précancéreuses dues au papillomavirus, mais qui ne permettent pas de conclure à une efficacité contre les cancers eux-mêmes [3].
  • Il existe un risque non négligeable que le vaccin favorise l’infection par d’autres souches de HPV qui déjoueraient plus facilement les défenses immunitaires, avec des conséquences incontrôlables. Comme dans la vaccination anti-pneumococcique, avec l’apparition de souches multirésistantes, insensibles aux traitements.


Lire la suite >> 




 

Publié dans Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article